31/10/2011

480

La lumière est une pépite rapportée de l'enfer.

479

Chuter, c'est s'élever moins vite que ce qui nous entoure.

478

Jamais je ne réduirai une femme à ses organes sexuels.

477

La sexualité, c'est la cerise sur le gâteau.
Mais sans le gâteau, je refuse de manger uniquement la cerise.

476

À celle avec laquelle je m'autoriserai à partager la cerise :

Tes seins parleront la même langue que mes mains.
Ces mains qui sont déjà chaudes à l'idée de ta peau.

475

À propos d'une très belle naïade :

- Elle sort du lot !
- On dit « sortir DE l'eau » !
- Ah bon !?

474

- Je ne crois rien ni personne ni en rien ni en personne.
- T'es comme saint Thomas !
- Je ne crois pas en saint Thomas !

473


« L'existence précède l'essence » ?
Baliverne !
Nous sommes une essence qui se déploie en existant.

472

Beaucoup de piédestaux ont honte.

471

Un corps ne meurt pas, il cesse simplement de fonctionner.

30/10/2011

470

La saveur du temps, quand on goûte l'instant, est toujours bonne et inédite.

469

Respecter le temps ?
C'est lui qui doit nous respecter !
En expirant calmement : lui inspirer le respect.

468

Ah ! C'est vraiment quelque chose ! de n'être rien !

467

Tantôt je danse, tantôt je gis.
(clin d'œil au « Tantôt je pense, tantôt je suis » de Valéry, que je ne ferais pas mien.)

466

Les dermatologues exerçant dans la marine américaine n'utilisent jamais le terme de « grains de beauté », mais seulement celui de « naevi » !

465

Les génies inventent selon leur temps.
Si le cerveau de Léonard de Vinci avait existé aujourd'hui, il aurait inventé, créé, pensé autre chose.
Un cerveau respire son époque.

464

L'Amour ne se propose ni ne s'impose.
Il n'est pas une volonté. En Soi, il explose.

463

Le passé et le futur ne sont jamais présents.

462

Je n'attends ni la femme de ma vie, ni celle de mes rêves.
J'attends, sans l'attendre, car elle peut ne pas venir, la femme de ma réalité.

461

Mes deux seules ambitions jusqu'à mon dernier souffle :
« Créer et Aimer » !
Dans les deux cas, je débute.

29/10/2011

460

Le plus beau dessin qui soit
Sera le tracé invisible parcouru par mon doigt
Reliant chacun des grains de beauté
De sa peau de déesse envoûtante et envoûtée.

459

Il faudrait craindre de marcher pieds nus sur la plage : chaque grain de sable est un morceau de verre.

458

Nos vies sont des bougies qui en se consumant disparaissent on ne sait où.

457

Il y avait de l'électricité dans l'air le jour où Franklin eut l'idée du paratonnerre.

456

Un évier a des trous, un humain des mots.

455

Ce qui doit se dire se doit d'être dit.

454

- « Tu te prends pour Jésus !? »
« Jésus » ? Je ne me prends déjà pas pour « Cédric » !

453

La vie, ce sont ces sept mots.

452

Un être humain, c'est comme un courrier :
Aussi belle soit l'enveloppe,
On ne sait pas ce qu'elle contient.
C'est la lettre qui importe :
La vraie Beauté s'y tient.

451

L'Amour n'est pas tant « regarder dans la même direction »
Qu' « avoir de la vie une similaire qualité de vision. »

28/10/2011

450

Séduire, c'est nuire.

449

De jour comme de nuit, 67 milliards de neutrinos produits par le soleil traversent chaque centimètre carré de ma peau.
Un seul baiser posé sur celle-ci me ferait bien plus d'effet, de nuit comme de jour.

448

Si tout était tranquille, que serait la tranquillité ?

447

La douleur est une sensation aussi étrange que sa sœur siamoise : le plaisir.

446

Deux cactus auront toujours du mal à s'embrasser.

445

On ne choisit pas, on ne fait que prendre la direction jugée la plus pertinente à un instant donné.

444

Si écrire avait été une compétition, j'aurais refusé de participer !

443

Les jeunes d'aujourd'hui disent au revoir à leur mère dans un « Bye m'man ! »

442

Une réponse même pertinente à une question qui ne l'est pas, n'importe pas.
Autrement dit : une réponse n'a d'importance que si la question en a !

441

Le point d'exclamation se tient droit, sûr de lui !
Le point d'interrogation est ce serpent qui entoure la question, non ?

27/10/2011

440

Je lirai son corps en faisant rouler sous mes doigts le braille de ses grains de beauté.

439

On ne choisit pas notre aptitude à être pertinent dans nos choix.

438

La croyance endort.

437

Il n'y a que de soi qu'on puisse tirer quelque chose, et encore, ça ne sera jamais qu'un fil !

436

L'avenir est un suspect qui finit toujours par parler.

435

Il prenait tout au pied de la lettre, aucun recul sur les mots ; il s'était, par exemple, collé toutes ses cartes d'adhérent sur le corps.

434

Hostie : pain de viande.

433

Vivre est une expérience très enrichissante qui ne servira jamais « pour plus tard ».

432

C'est beau la nuit, la nuit. (clin d'œil à Richard)

431

C'est le savoir qui sauve, non la croyance.

26/10/2011

430

Il n'existe pas de « grandes figures du Mal ».
Il n'existe que des zozos ayant réussi à mettre en œuvre leurs idées stupides.

429

Dans les années trente, des millions d'allemands se sont laissé endormir par un zozo qui leur postillonnait « réveillez-vous !»

428

Ron Hubbard, le fondateur de la scientologie, a prononcé tellement de mots pourris que ses dents ont fini par imiter ses mots !

427

Être imparfait est tout autant parfait qu'être parfait.

426

La plus belle promesse qu'on puisse faire à quelqu'un c'est « Je ne te promets rien. »

425

Une prostituée vend ses charmes ??
Il est où le charme ?
Le charme ne se vend pas !

424

Lutter contre des croyances, c'est leur faire trop d'honneur.

423

C'est beau d'attendre, mais uniquement quand on ne sait pas ce qu'on attend.

422

Nos sens, embrassant l'univers, nous permettent d'explorer notre infini intérieur.

421

Aux échecs, le seul coup brillant est le mat !

25/10/2011

420

On a suffisamment répété que Dieu était omniscient, omniprésent et omnipotent.
Mais qu'en est-il de son régime alimentaire ? Est-il omnivore ? Et surtout : a-t-il un bon transit intestinal ?

419

Les catholiques végétariens ont un cas de conscience à chaque eucharistie :
Le « ceci est mon corps » les hante !

418

L'Amour, ça ne se reçoit pas, ça se donne.

417

Donner de l'Amour n'est pas un effort, et si cela en est un, ce n'est pas de l'Amour ; peut-être juste de l'amour avec une minuscule : ce vulgaire échange de services.

416

Nuit ou pas, pluie ou pas, le soleil ne cesse de briller, il nous est simplement plus ou moins caché.

415

Mes pralines préférées sont, à l'instar d'UG Krishnamurti, celles enrobées de chocolat blanc d'une célèbre marque belge.

414

UG Krishnamurti balançait ses vérités comme un sale gosse ses caprices.

413

Louis Theroux et Bruce Parry possèdent l'art du reportage télévisé.
Tous deux partent au contact des populations les plus inaccessibles, me les ayant rendues ainsi accessibles sans effort !

412

J'habite une maison sans portes ni fenêtres, heureusement qu'il manque également les murs et le toit !
(Inspiré par le couteau de Lichtenberg)

411

J'ai 31 ans, et je ne sais rien de mon avenir.
Ma relation à celui-ci est très simple : je ne décide pas pour lui, c'est lui qui décide pour moi.

24/10/2011

410

La nuit, bien qu'il ne soit plus éclairé, le ciel reste bleu.

409

Nos yeux sont la vie qui s'observe elle-même.

408

Le bon sens, c'est le droit chemin du cerveau.

407

Ce qu'aurait dû dire Socrate :

« Je ne sais qu'une chose, c'est que je ne sais qu'une chose. »

406

Épitaphe : « Je suis derrière vous ! Bouh ! »

405

Les jumeaux monozygotes sont la preuve que notre conscience ne dépend pas de notre ADN mais de notre corps.
Mille clones donneraient naissance à mille « sensations d'être soi » différentes.
Cela détruit pour de bon cette puérile idée qu' « on » existe, flottant quelque part, avant notre naissance.
C'est le corps qui donne naissance à l'âme.

404

Notre corps est notre seule occasion d'exister.
La métempsycose est une vaste fumisterie.

403

Jamais je ne mettrai ne serait-ce que deux personnes dans le même panier ou la même case.
Même si elles me supplient de le faire, sous le prétexte qu'elles croient aux mêmes illusions, qu'elles sont indignés par les mêmes injustices, qu'elles aiment les mêmes choses, qu'elles manifestent ensemble affichant les mêmes revendications, etc.
Même si elles prétendent être les meilleurs amis du monde ou être l'une pour l'autre un autre 'soi-même'.
Des différences existent toujours, elles font que chacun d'entre nous n'est à mettre que dans une seule et unique case : celle qu'il crée par son existence propre.

402

Preuve irréfutable de l'inexistence de « Dieu » : s'il existait, on n'aurait pas besoin d'y croire.

401

« Vous faites quoi dans la vie? »
Je ne réduis pas ce que je suis à ce que je fais !

23/10/2011

400

Épitaphe : « Ça y est, je suis de l'autre côté ; je confirme, il n'y a rien ; mais c'est pas une raison pour ne pas sourire ! »

399

On ne montre réellement à voir que ce qu'on est, qu'on soit bien ou mal éclairé.

398

« Je ne sais qu'une chose, c'est que je ne sais rien. »

Bon début, Socrate, persévérez !

397

Le premier Homme fut celui qui, pour la première fois, en articulant, se fit comprendre par un aveugle.

396

Celui qui ne lâche pas sa souffrance n'est pas moins égoïste que celui qui tient à son bonheur.

395

La durée est l'illusion du temps.

394

Nos yeux sont des extraits de voie lactée.

393

Jamais personne ne me fera taire.
Mais je ne forcerai jamais personne à m'écouter.

392

Le passé sera toujours minuscule comparé au présent.
Le « j'étais » ne fait pas le poids face au « je suis ».

391

La vie est aussi belle sans couleurs.

22/10/2011

390

Pourquoi ce titre « Ne me croyez pas. » ?

Car se contenter de « croire » quelqu'un, c'est en faire soit un gourou, soit un prophète.
À l'heure actuelle, comme de tout temps, ils pullulent ; je refuse de tenir le rôle d'un de ces bouffons, de prendre part à ce genre de mascarade « maitre/élèves » « idole/fidèles ».
On ne peut user que de son propre cerveau pour distinguer le vrai du faux.
Toute vérité ne sera jamais issue que de soi-même.

389

Tout ce que je dis n'engage que moi.
Je me réserve le droit, par ailleurs, de me dédire.

388

En italien, on dit : « Traduttore, traditore ».
Mais ça n'est jamais qu'une trahison de la forme.
Jamais du fond, à moins d'avoir affaire à un « impostore » !

387

La vitamine C est à l'acide ascorbique ce que « Dieu » est à « Rien » : vocables différents pour objet identique.

386

Mot doux du jour : « scintillement ».

385

Pour pouvoir tirer des leçons de ses erreurs, il ne faut pas craindre d'en faire.

384

Si on donnait aux plantes la possibilité de parler, une pluie de reproches s'ensuivrait.

383

Mot pompeux inutile : « autodidacte ».

Tout savoir authentique s'apprend seul.

382

Même s'il me faut bien reconnaître qu'à la surface de moi-même, j'apprécie qu'on m'apprécie positivement ; tout au fond de moi, je me fous de l'image qu'on se fait de moi, détaché profondément du qu'en-dira-t-on ; l'ambition, le moteur de ma vie, n'est pas d'être aimé, mais de donner ce que je considère comme le meilleur de moi-même.

381

Se dire « athéiste », c'est encore se positionner par rapport à « Dieu ».

21/10/2011

380

Toute vérité remet son titre en jeu à chaque instant.

379

Admirer quelqu'un d'autre que soi est aussi ridicule que de s'admirer soi.

378

Aucune destinée n'est prédestinée.

377

Impératif stupide 3 : « Faut réussir sa vie ! »

« Réussir sa vie », c'est juger sa vie au lieu de la vivre.

376

Je me méfie autant des mots des autres que des miens.

375

Au plus le temps passe, au moins les mots de Cioran ont d'écho en moi.

374

L'être humain a le cerveau à ce point moulé par le « faut réussir sa vie », qu'il s'oblige dorénavant également à « réussir sa mort ».

D'où les suicides de « fin de vie » actuels, assistés ou non, plus pitoyables les uns que les autres.

373

Peu importe ce que vous ferez de mon corps à sa mort ; qu'il soit brûlé, enterré, découpé, vendu, mangé, jeté à la décharge, il finira de toute façon par disperser ses milliards d'atomes en des milliards d'endroits différents.

372

Ne comptez pas sur mes mots pour vous reposer le cerveau.
Ils n'ont aucun but et surtout pas celui-là.
Vous trouverez ce genre de mots ailleurs.

371

Elle lui lança ce mot si violemment à la figure qu'il lui fractura l'œil gauche et vint se planter profondément dans l'œil droit.
Aujourd'hui encore on peut y lire « Fini ».

20/10/2011

370

L'époque dans laquelle on vit n'est pas plus exceptionnelle parce qu'on y vit que celles dans lesquelles on a pas vécu.

369

Le dernier Homme ne sera qu'une extension du premier.

368

J'ai l'impression de n'avoir encore rien écrit.
Impression confirmée concernant l'acception la plus rare du mot « Écrire ».

367

Écrire, c'est faire signe.

366

Schopenhauer au paragr. 71 de son « Monde comme volonté et comme représentation » avoue en ces termes sa limite : « Quant à nous, qui nous en tenons scrupuleusement au point de vue de la philosophie... »
Au bord du gouffre, il n'a pas sauté et il nous l'avoue humblement.

365

Désapprendre ne s'apprend pas.

364

Remettre sans cesse en question ses convictions les mieux établies.

363

On peut vivre sans or mais on ne peut vivre sans mots.

362

Si mon corps est assez con pour être allergique aux acariens, c'est son problème !

361

Quand je ne suis pas d'accord avec mon corps, je m'en désolidarise sans scrupules.

19/10/2011

360

L'inspiration ne se dicte pas, c'est elle qui dicte.

359

Parfois, allongé, j'ai cette impression tactile d'être allongé en moi-même.

358

L'astrologie ? J'en pleure de rire !

357

Homéopathie : bêtise sucrée non-diluée.

356

Le cerveau est le carrefour de tous les sens.

355

Par sa naissance, la vie a assassiné la mort.

354

Le suicide est toujours une idiotie : il met fin au possible.
Se suicider, c'est mourir idiot.

353

Un adepte du toumo dit souvent : « Peu me chaut le froid ! »

352

Aucune fierté à être soi, qui que l'on soit, on ne se choisit pas.

351

Je ne suis pas fier d'être 'moi' mais d'être de la vie !

18/10/2011

350

Comprendre difficilement n'existe pas.

349

Nul besoin de mettre des mots partout pour savourer la beauté.
Donner un nom aux deux cents milliards d'étoiles de la voie lactée n'en rendra aucune plus belle.

348

L'étoile la plus éloignée n'est pas moins belle.
Cela s'applique aussi aux êtres humains.

347

En lisant mes mots, ils deviennent les vôtres.

346

Votre ADN de lecteur (qui que vous soyez) ne diffère que de 0,1% du mien.
Mais ça ne répond pas à la question : « Pourquoi 'moi' j'existe? »

345

Je vous souhaite une bonne journée – matinée – nuit – après-midi – semaine – douche – sieste – balade – lecture – vie. (Au choix.)

344

Les choses se font, et si elles n'ont pas été faites pour de bonnes raisons, elles se défont.

343

Les reproches faits aux autres sont des taches qui souillent nos propres vêtements.

342

Stylite : vigie immobile.

341

C'est immobile qu'on va le plus vite le plus loin.

17/10/2011

340

Qu'écris-je ?

Des aphorismes ? Des apophtegmes ?
Des maximes ? Des sentences ?
Des pensées ? Des vérités ?

Disons que j'écris des phrases.

339

Je partage avec vous, oui vous, ne vous retournez pas, je m'adresse bien à vous, je partage avec vous qui me lisez en cet instant même, la plus intime et la plus belle des sensations : notre humanité.

338

Quand on sait que rien ne se transmet, on peut toujours, entre autre, se sourire.

337

Il y a encore quelques mois, je vivais sans savoir pourquoi, en me demandant ce qui m'attendait ; maintenant, je sais pourquoi, bien que je ne sache toujours pas ce qui m'attend.

336

Il n'y a aucune raison de ne pas vivre.

335

Le bonheur, c'est l'acceptation de ce qui Est et de ce qui vient : plaisir, douleur ou rien.

334

Gutenberg se souciait très peu des mots.
Pour preuve : la première chose qu'il imprima fut la bible.

333

Un album-photo est un cimetière d'images.

332

L'humanité est une expérience unique, elle ne se reproduira jamais plus nulle part.

331

Demain est un jour qui n'existera jamais maintenant, exactement comme la mort.

16/10/2011

330

Quand la cornée devient miroir, on se voit soi partout où nos yeux se posent.

329

Le synesthète mange les sons, observe les odeurs et entend les goûts.

328

La philosophie précède la sagesse.

327

Le chasseur qui tua la colombe de la paix déclara devant ses juges : « J'avais faim ! ».
Il fut acquitté.

326

Je n'ai rien contre les chasseurs ; je n'ai rien contre les hommes préhistoriques en général.

325

Les mots n'auront jamais tout dit.
Ce sont pourtant eux qui disent le mieux.

324

S'est-on déjà posé la question du nombre de pas dont a été piétinée une ville.

323

De ce dont on ne peut rire ni pleurer, il faut prendre soin.

322

Mon corps se sert de moi pour survivre.

321

À chaque cigarette, le mot 'liberté' est sali.

15/10/2011

320

Les mots sont et le piège et le moyen de s'en libérer.
Il faut être l'araignée de la toile des mots tissés.
Elle seule ne se fait pas prendre à son propre piège.
Ainsi ne pas rester collé au fil des mots.

319

Rien n'est seulement drôle.

318

A quel point Maria Skłodowska était-elle déjà Marie Curie ?
Autrement dit : quand est-on devenu soi-même ?

317

Celui qui ne fait que juger les autres n'ira jamais très loin.

316

Je fais la même chose qu'Opalka mais en accompagnant les chiffres de mots.

315

C'était un sculpteur qui faisait des pieds et des mains pour gagner sa vie.

314

Quand, me retournant vers le passé, je vois comme j'ai pu être conditionné, aveugle, petit, je me demande à quel point je le suis aujourd'hui !
Mes yeux du futur seront les juges de ma petitesse actuelle.

313

Nous ne sommes pas un corps. Nous sommes le fruit d'un corps.
Un fruit dont le corps se sert pour se nourrir et sans lequel il meurt.

312

Je suis quelqu'un et je ne suis personne.
Pas d'aporie : juste deux homographes.

311

Les lunettes de vue, c'est pour voir.
Les lunettes de soleil, c'est pour être vu.

14/10/2011

310

L'éternité, c'est beaucoup plus court que ce que l'on croit généralement.
Ça ne dure qu'une vie.

309

Le silence, c'est du bruit apprivoisé.

308

Si Dieu existait, il aurait peur de me rencontrer. D'ailleurs, s'il existe, il se cache de peur de croiser mon regard, il sait qu'il en mourrait.
La phrase est également vraie quand 'Dieu' est remplacé par 'le diable'.

307

Ceux qui se prennent trop au sérieux sont des drôles.

306

Jésus, fils de Dieu ?!
Qu'on fasse un test ADN !

305

Ces mots se sont incrustés dans votre esprit alors que vous les lisiez, il est trop tard, vous êtes contaminés, ils vous hanteront jusqu'à la fin de vos jours ! (ou comment faire peur à ceux qui donnent aux mots plus de pouvoir qu'ils n'en ont réellement.)

304

A une petite vie, celui qui s'estime peu.

303

Expression bidon : « Développement personnel ».

Parler de « dégonflement personnel » serait moins néfaste. Mais étant donné qu'il n'existe aucune méthode pour se « dégonfler la personne », cette nouvelle expression, selon mes prédictions, n'aura jamais aucun succès !

302

Le silence progresse inexorablement vers l'intérieur du Corps.
Nul n'en contrôle la vitesse de propagation, le Corps le subit.

301

L'être humain a dû inventer l'Amour pour avoir une raison de se lier à l'Autre.

13/10/2011

300

Nous ne disposons que des mots pour parler de ce qui ne se nomme pas.

299

Marcher sur la pointe de ses pensées, histoire de ne pas faire trop de bruit.

298

Réflexion intérieure d'un sapin voyant, résigné, approcher un bucheron, déterminé, muni de sa scie :
«  Ça sent le sapin ! »

297

Pivert : marteau-piqueur autonome des forêts.

296

Les seuls rêves dignes de ce nom sont ceux qui s'élaborent les yeux ouverts.

295

Les rêves du sommeil sont des improvisations incohérentes.
Ceux qui les analysent sérieusement sont des comiques qui s'ignorent.

294

Ce qu'on sait est la partie émergée de l'iceberg.
La quantité d'inconnaissable, ce qui reste immergé, nous sera, par définition, à jamais inconnu.

293

Un hommme est un homme qui aime.
Une femmme est une femme qui aime.

Ce sont des êtres plus grands, plus déployés.

292

Je vais fonder une religion dont seuls ceux qui ne croient pas en moi seront les fidèles !

291

Aux championnats du monde du « plus longtemps mort », pas de vainqueur pour l'heure mais de plus en plus de concurrents !

12/10/2011

290

Les étoiles savent qu'on les regarde : elles nous font des clins d'œil.

289

On ne respire jamais deux fois le même air. ( Inspiré par Héraclite. )

288

Les écrivains sont des gens qui, entre autres choses, m'apprennent des mots.

287

L'Art est par définition ce qui relie l'Homme à la Vie, c'est-à-dire à lui-même.

286

J'ai autant d'estime pour celui qui m'approuve que pour celui qui me contredit.

285

Un obstacle peut être un tremplin et inversement.

284

Sans tout ce qui vit, la vie n'existerait pas.

283

Ceux qui cherchent la 'libération', l'extase mystique, le nirvana, ne sont pas moins ridicules que ceux qui cherchent les honneurs ou les richesses matérielles.

282

Vivre ! jusqu'au dernier souffle de la dernière seconde de la dernière minute de la dernière heure du dernier jour de la dernière année de la vie.

281

Ne rien chercher.
Car si on cherche, on se limite à ce qu'on cherche, on ne trouvera que ce qu'on imagine chercher.

11/10/2011

280

Quand le jour se lève, la nuit se couche.

279

La liberté, c'est l'acceptation de l'impermanence.

278

Tout suicidé est un criminel !
Il a assassiné un corps qui ne lui appartenait pas.

277

La mort, ça ne se décide pas, ni pour autrui ni pour soi-même.

276

On ne peut se dire « libre » que dans l'instant.

275

- Comment se débarrasser de la peau d'une pomme quand on ne dispose pas de couteau ? 
- La manger ! 

274

Quand, immobile, les paupières closes, allongé sur mon lit, mes yeux pleurent, je sens l'eau qui ruisselle me caresser les joues.

273

Les mots sont plus qu'un amas de lettres, ils sont une montagne d'air.

272

Un authentique ascète ne se prive pas.

271

Celui qui est profondément superficiel reconnaît d'emblée ceux qui sont superficiellement profonds.

10/10/2011

270

- Je n'ai aucune certitude !
- En êtes-vous sûr ?
- ...euh...

269

La sensation d'être soi est une chose bien étrange.

268

Une porte, qu'elle soit ouverte ou fermée, cache toujours ce qui se trouve derrière elle.

267

Être d'accord avec quelqu'un ne sert à rien.
Pas plus qu'être en désaccord.

266

Je dis avec la même certitude : « La vie est Amour » et « La vie est douleur ».

265

À certaines périodes de la vie d'un être humain, « soi » est un fardeau ; à d'autres, c'est un cadeau plus léger que l'air.

264

Celui qui dit « J'ai réussi ma vie ! » a raté une occasion de se taire.
On ne réussit pas sa vie, on ne réussit que des instants.

263

Un bébé ne sait pas ce qu'il fait.

262

Il serait intéressant d'écouter un des atomes constituant notre corps nous détailler son parcours jusqu'à nous.
« Je suis né de cette étoile-là, puis je fus ceci, puis ceci, puis cela... »
Quant à son avenir, il ne le connaît pas lui-même.

261

Ne disposant que d'une main droite et d'une main gauche, on ne peut se serrer correctement la main à soi-même.

09/10/2011

260

Où qu'on soit, on n'est toujours que sur place, même à grande vitesse.

259

La matière, c'est du vide qui danse.

258

Sans nuages, le ciel est monotone.
Totalement couvert, il l'est également.

257

Ma vie est ce qu'il y a de plus précieux au monde.
Ta vie est ce qu'il y a de plus précieux au monde.
Sa vie est ce qu'il y a de plus précieux au monde.
La vie, un point de vue.

256

En me révélant à l'autre, je me révèle à moi-même.

255

Certains jours sont plus sérieux que d'autres.

254

Les cadavres parlent tous la même langue.

253

Mot doux du jour : « clapotis ».

252

Méditer, c'est écouter son Corps.

251

- Quoi ? Ça n'est pas votre voiture ?
- ...Non !...
- Désolé pour ce pataquès !

08/10/2011

250

La souplesse est au corps, ce que le sourire est à l'esprit.

249

L'écrivain use des mots pour dessiner.
Le silence est son taille-crayon.

248

Quand l'être humain devient du feu, c'est de la lave qui coule de ses yeux.

247

J'écris comme je pleure, sans le décider.

246

Vivre, c'est voler au néant sa clarté.

245

C'est en se remémorant sa journée, qu'on peut prendre conscience qu'elle n'existe plus.
Mais a-t-elle seulement existé ?

244

Je n'ai aucune idée du nombre de phrases qu'il me reste à écrire.
Tant que je serai inspiré, j'écrirai.

243

Passé : j'ai conçu l'idée de ces mots, allongé sur mon lit.
Présent : j'écris ces mots sur la première des feuilles de ce bloc format 9x9 cm, allongé sur mon lit.
Futur : je pianoterai demain ces mots assis devant mon écran.

Vous qui lisez ces mots, qui que vous soyez, y compris moi, lire ces mots est votre présent.
Oui mais, justement, « moi » ? Maintenant ? Suis-je encore celui qui fut allongé sur ce lit ?

242

Dormir, c'est accepter de mourir un peu chaque nuit.
Les insomniaques tiennent trop à leur vie.

241

Jésus a marché sur l'eau. Mais ses biographes oublient de dire qu'elle était gelée.

07/10/2011

240

Les mots froids et noirs me sont aussi familiers que ceux chauds et lumineux.

239

Être libre, c'est ne plus avoir peur de rien, pas même de 'rien'.

238

Si « Dieu », c'est la Nature, comme pour Spinoza, alors je n'y « crois » pas : je sais qu'Il existe.
Si « Dieu » est anthropomorphe, comme pour beaucoup, alors je n'y crois pas : je sais qu'Il n'existe pas.

237

Me lire ne vous servira jamais à rien.

236

Expression réaliste : « Il glandait tel un chêne. »

235

Phrase entendue : «  En Chine, c'est du riz, du riz, du riz ! »

234

Un parano fixé dans son miroir : « Ce type me veut du mal ! »

233

Personne ne peut présager du degré de sa liberté future.

232

Ces mots ? qu'on vienne les attaquer !
Je ne les défendrai pas mais me joindrai à l'attaque !
Pour voir ce qu'ils ont dans le ventre !
Les mots vrais se défendent seuls.

231

Celui qui se dit « bouddhiste » et « détaché » est un imposteur.
Qu'il se débarrasse d'abord du mot « bouddhiste » qu'il s'est collé sur lui, de son vêtement orange signe d'appartenance s'il en porte un, ainsi que de tous ses rituels de soumission, mentaux ou gestuels.
Celui qui se dit simplement « détaché » peut ne pas être un imposteur.

06/10/2011

230

Celui qui croit valoir quelque chose s'esclavage.

229

Je ne m'entends pas avec ceux qui se prennent pour plus que ce qu'ils sont.

228

Se méfier bien plus de ceux qui m'admirent que de ceux qui me méprisent.
Pour l'heure tout va bien !

227

Se réduire à un gros morceau d'intuition.

226

On ne peut être en désaccord qu'avec mes mots ou mes actes, pas avec moi.

225

Le « mot » se précipite vers la « mort » quand il se gonfle d'un « air » malsain.

224

Nietzsche pour coller à la vérité aurait dû remplacer « Ecce Homo » par « Ecce Rigolo » !

223

Les humains ne savent plus quoi inventer comme prouesses sexuelles.
Bientôt, certains tenteront le sexe en chute libre, avec leur plaisir pour unique parachute, à leurs yeux dispositif de protection suffisant.
Je laisserai faire, observant la chute et les dégâts.

222

« Dieu » ce mot est mort, mais, vicieux, il s'est réfugié dans tous les autres.

221

Dieu, du paradis, passant la tête à la porte, s'adressant, paniqué, aux Hommes : « Ici, c'est pire ! »

05/10/2011

220

Alternative : au lieu de bouger le stylo, bouger la feuille.

219

Seuls l'année et le jour sont naturels.
Le reste du temps (seconde minute heure semaine mois siècle) n'aurait pas existé sans nous.

218

Tous les essais sont des échecs quand on « essaie de comprendre ».

217

Les souvenirs ne se digèrent ni ne s'évacuent, ils se ruminent.

216

Wim Delvoye nous a prouvé que produire de la merde était un art !

215

À ceux qui me trouvent laid : « Mon corps se fout de vos yeux. »

214

Quelle que soit sa vitesse, la lumière éclaire.

213

Qui m'aime ne me suive pas.
Qu'il se suive lui-même.

212

J'exige beaucoup de mes lacunes.

211

Quand je me regarde dans le miroir, la plupart du temps je me trouve....pas.

04/10/2011

210

L'Homme est au règne animal, ce que le papillon est au vol : n'importe quoi !

209

6 août 1945, 8h16 heure locale.
140.000 morts.

208

Philosopher, c'est ne dire que des évidences.

207

Les mots sont des fenêtres.

206

Il est fascinant d'observer la détermination avec laquelle les apnéistes s'évertuent à se rapprocher de la Terre.
Drôle d'activité, le fond de l'eau n'étant que de la Terre mouillée.

205

Combien d'années-escargot dans une année-lumière ?

204

Le polymathe ne s'intéresse qu'à une seule chose : tout.

203

L'autre nous sert à exprimer, lire, découvrir ce qu'on a en soi.

202

Si la masturbation était rémunérée, certains gagneraient bien mieux leur vie.

201

Après avoir donné son avis, il faudrait à chaque fois s'empresser de le reprendre.

03/10/2011

200

La planète est bleue d'ecchymoses.

199

Je ne vis pas pour moi.
Je vis pour faire hommage à l'humanité.

198

Le temps est écolo : il recycle sans cesse les mêmes quelques secondes.

197

Nous sommes tous insaisissables, car rien de solide.

196

Le sage Est. Le non-sage veut devenir ce qu'il n'est pas.

195

Un nez ne sent toujours que sa propre odeur.

194

Il faut toute une vie pour apprendre à faire bref.
Mais on y arrive tous : notre dernier souffle.

193

Quand j'entends un oiseau, j'ai souvent cette impression illusoire qu'il m'interpelle.
J'essaie alors de le repérer : toujours faire face à son interlocuteur !

192

Vivre ! Pour tous ceux qui n'existeront jamais.

191

Toute réponse attend sa question. C'est pour ça qu'il faut poser des questions : pour ne pas laisser les réponses seules.

02/10/2011

190

N'écoutez jamais quelqu'un qui a peur de la mort vous parler de la vie.
En tremblant, il voit tout flou.

189

N'attaquer qu'après avoir été désarmant.

188

C'est sans savoir ce que je faisais, que de ma catabase, j'ai ramené une pépite dorée ; les mots sont venus après.

187

À la question « pourquoi écrire ? », une seule réponse : « pourquoi lire ? »

186

Je ne méprise ni n'admire personne.

185

A ceux qui ont un problème avec moi : « Résolvez-le seul ! »

184

Marcher sur la lune ?
Je marche sur la Terre.
Tout aussi extraordinaire !

183

J'ai bien plus de deux mille ans.

182

Chaque expiration n'est qu'un entrainement en vue de la dernière. Seul le dernier souffle importe.

181

Être vaguement soucieux de la mer.

01/10/2011

180

« Quel est ce bruit? »
Être surpris par chaque battement de cœur.

179

Souhaiter la bienvenue à l'air qu'on respire.

178

Une bouteille vide est pleine d'air, sauf sous-marine.

177

Le plaisir n'a d'autre but que d'être ressenti.

176

Marcher, c'est courir lentement.

175

Une année : temps nécessaire pour revenir au même point.

174

Le kiwi est-il le seul fruit poilu ? Ou sont-ce les autres qui se rasent ?

173

Vous souriez.

172

Imiter quelqu'un d'autre que soi, c'est se trahir !

171

Je ne 'crois' pas en moi : je sais que je suis !