31/03/2015

6574

Chaque regard est essentiel à la vue.

6573

Chaque phrase est essentielle au langage.

30/03/2015

6572

Il fallait une chance sur des milliards pour faire partie des premiers hommes ; de même, il y a une chance sur des milliards que je fasse partie des derniers.

29/03/2015

6571

Mon seul maître : M'être.

6570

Tous les mots, absolument tous sont du vide qui tente de parler du vide en construisant une illusion du plein.

28/03/2015

6569

Il est aisé de se faire maître, c'est à la portée de tout le monde, il suffit de se faire introduire en tant que disciple auprès d'un gourou, d'un enseignant spirituel ou d'un « celui qui sait ». Puis de l'observer, de pomper tout ce qui émane de lui, ses postures, ses discours, sa façon d'être, de parler, et finalement de l'imiter.

Considérez-vous comme un maître et des disciples s'agglutineront automatiquement autour de vous.

Voilà comment aller se faire maître.

27/03/2015

6568

La nouveauté est sans limites.

26/03/2015

6567

Le présent n'est offert par personne.

6566

Chaque instant est inédit ; à jamais renaissant.

25/03/2015

6565

Je n'ai besoin d'aucune drogue, d'aucun produit stupéfiant, d'aucune plante psychotrope, d'aucun champignon hallucinogène, une seule phrase me suffit :

Je suis vivant.

24/03/2015

6564

Cette phrase est en vous.

6563

Cette phrase est-elle écrite ailleurs ?

23/03/2015

6562

Certains mots font l'amour au silence.

6561

L'amour ne dépend de rien ni de personne.

22/03/2015

6560

Cratyle reprochait à Héraclite d'avoir dit que l'on ne peut entrer deux fois dans le même fleuve, alors qu'il estimait que l'on ne peut même pas y entrer une seule fois. Cette théorie aurait conduit Cratyle à penser qu'il ne faut plus rien dire, et Aristote rapporte qu'il se contentait de remuer le doigt.
(Source.)

Il a raison, Cratyle, on n'entre dans rien, on est toujours là où on se trouve et, fondamentalement, rien n'a de nom.

6559

Aucune de ces phrases n'a d'importance hormis celle-ci.

21/03/2015

6558

La bataille des idées est une bataille de cour de récré.

20/03/2015

6557

Il existe trois façons de se tromper : la bonne et la mauvaise.

19/03/2015

6556

Mourir de son vivant ; et plus rien n'existe, et plus rien n'existe pas.

6555

Tant que vous venez lire ce qu'écrit Cédric sur son blog, c'est que vous êtes vivant.

Première nouvelle du jour : vous êtes vivant.

18/03/2015

6554

Quand l'envie m'est venue d'écrire cette phrase, je n'ai pas attendu une seule seconde.

17/03/2015

6553

Si vous ne tenez plus à la vie, accrochez-vous au moins à cette phrase.

6552

Cette phrase vous change la vie.

16/03/2015

6551

Entre un gourou et un disciple, il n'y a que les mots. Tout est interprété et traduit en mots par l'élève, même les silences du maître sont interprétés en mots dans la tête du disciple.

Il n'y a que des mots.

Un corps n'a pas besoin d'un autre corps pour vivre ; un corps n'a pas besoin de l'énergie d'un autre corps.

En réalité, quand un « maître » et un « disciple » sont assis côte à côte dans le silence, il n'existe que deux corps assis l'un à côté de l'autre, deux corps dont l'un n'est pas plus important que l'autre, deux corps dénués de tout mot et de toute étiquette.

Les mots d'un autre ne peuvent pas nourrir fondamentalement un être ou l'élever ou le faire grandir. Tout est en soi, tout est à comprendre par soi-même, car tout se vit en soi-même.

Quoi que dise l'autre, cela n'a aucune importance.

Et ce que je dis moi, par exemple, ne doit avoir pour vous aucune importance.

6550

Je ne suis un « maître » que pour celui qui me prend pour un « maître ».

6549

Je ne suis un « crétin » que pour celui qui me prend pour un « crétin ».

6548

Je ne considère aucun être humain comme étant un maître ; je ne prends personne pour maître, pas même moi-même.

15/03/2015

6547

Les gourous ne servent que pour l'exercice de s'en détacher.

Ils n'ont aucune autre utilité.

6546

C'est très simple, tant que vous êtes attaché à un maître, à un gourou, à un « enseignant spirituel », vous n'êtes pas libre.

Celui qui attend des mots de quelqu'un, ou qui attend quelque chose des mots de quelqu'un, n'a rien compris à la liberté.

Brûlez les mots de Cédric.

6545

Je n'ai pas existé hier, un autre a existé.

Et demain un autre existera.

Je meurs sans cesse.

14/03/2015

6544

S'il n'existe que maintenant, que moi maintenant, ce qui est le cas, à quoi puis-je me comparer ?

Si je me compare à un « Cédric d'avant », ce « Cédric d'avant » n'est qu'une pensée, qu'une image, qu'une idée.

Le Cédric qui existe maintenant est incomparable puisqu'il est le seul réel. Tous les autres Cédric ne sont que pensées, images, idées.

Je ne sais pas si j'ai existé l'instant d'avant.

6543

2 1. Boum.

Il n'y a qu'une chose à faire : être.

13/03/2015

6542

Je suis à chaque instant unique.

Je ne suis jamais le même qu'à l'instant précédent.

Je suis donc une infinité de fois unique.

Le seul être que je suis est celui que je suis maintenant.

Le Cédric d'hier est un Cédric qui m'est étranger, pareil pour le Cédric de demain.

J'aurai été une infinité d'êtres différents.

6541

Si cela n'avait pas été moi, un autre que moi aurait écrit tous ces mots, toutes ces phrases.

12/03/2015

6540

Je suis athée partout et pas seulement à Athée.

6539

Peut-on manger une religieuse avec une cuillère à thé ?

11/03/2015

6538

Promettre, c'est s'emprisonner.

Je ne promets jamais rien ; je refuse de m'emprisonner.

Je ne promets pas même de ne jamais rien promettre.

6537

Je ne me promets rien.
Je ne m'impose rien.
Je n'attends rien de moi.
Je n'ai aucun compte à me rendre.

Je me laisse libre d'être ce que je suis, comme je le suis, au moment où je le suis.

10/03/2015

6536

Apo : apocope d'apocope.

Ex. : Les apos c'est sensass.

09/03/2015

6535

Où que vous soyez, qui que vous soyez, ces mots s'adressent à vous.

6534

Quand « moi » ne pense pas, « moi » n'existe pas.

08/03/2015

6533

La pensée ne peut que nous éloigner de l'amour, de la vie, de ce qu'on est.

07/03/2015

6532

Vous n'existez pas ailleurs que là où vous êtes.

6531

Vous avez atterri ici sur le blog le plus vertigineux et le plus déroutant de la blogosphère, attendez-vous à être secoué.

Âmes sensibles s'abstenir d'y revenir.

06/03/2015

6530

Je ne vis pas pour me créer des souvenirs.

Je vis ; et des souvenirs se créent.

05/03/2015

6529

Dieu vient de me parler.

Il m'a dit : « Cédric, tu es mon second fils, mon préféré des deux, tu es l'être le plus sage et le plus vénérable que la Terre porte en ce moment. »

Après avoir entendu ça, j'ai pensé : « Il est vraiment atteint, Dieu, il délire complètement. »

Je lui ai répondu : « Oui oui, c'est ça, retourne faire dodo papa. »

04/03/2015

6528

J'aurai écrit des phrases comme j'aurai vécu les instants : sans liens les uns avec les autres.

6527

Je ne vis pas une histoire, je vis des phrases.

6526

Les instants que je vis ont l'aspect de mes phrases : brefs.

6525

Les instants sont des phrases, pas d'histoire.

6524

La vie, c'est sans cesse le même instant renouvelé, sans cesse la même phrase réécrite.

03/03/2015

6523

Comprenez-vous pourquoi je vous pose cette question ?

02/03/2015

6522

Ah ! cette manie propre à l'être humain de vouloir être autre chose, différent, mieux, de vouloir ressembler à quelqu'un d'autre que soi, jusqu'à suivre les pas d'un autre, les paroles d'un autre, les préceptes d'un autre. Pauvre petit mouton humain suiveur...

6521

Ne me soyez pas.

01/03/2015

6520

Je suis l'instant matérialisé.

6519

Chacune des phrases publiées sur ce blog est parfaite et parfaitement à sa place, rangée au millimètre près, dans l'ordre des choses de la nature mystérieuse.

6518

Étrange cette mode des dents blanches, c'est pourtant beau le jaune.

Moi, j'ai les dents jaunes, mon sourire est un soleil !

28/02/2015

6517

Je me vénère.
Je me prosterne devant moi.
Je suis en adoration devant ce que je suis, sens, perçois, ressens.

Car je suis la vie, l'existence, le réel.

Il n'est d'autre dieu que soi-même.
Il n'est d'autre dieu que l'existence.

6516

Il existe sur Terre, à cette heure, au moins 6516 phrases.

6515

Les critiques les plus drôles sont ceux qui n'acceptent pas qu'on critique leur critique.

27/02/2015

6514

Rien n'existe si ce n'est un bouillon infini d'atomes.

6513

Tout est une question de phrases.

« La pensée de quelqu'un », ça n'existe pas. Il y a des phrases et puis d'autres qui s'enchaînent, et puis c'est tout.

26/02/2015

6512

.eivne ia'j is srevne'l à emêm ,xuev ej emmoc xuev ej euq ec sircé'J

25/02/2015

6511

Je suis le mystère.

6510

Quand je ressens de la douleur, je le constate et puis c'est tout, je ne m'en plains pas.

6509

Quand je ressens du plaisir, je le constate et puis c'est tout, je ne m'en réjouis pas.

6508

Traduction en anglais de la phrase précédente :

a ee h H ll ooo r u w y ?

24/02/2015

6507

aa c C ç oo uu v ?

23/02/2015

6506

Ce qui suit est la phrase 6504 bien rangée :

a ddd eeeeee i l L nnnn oo r ssssssssssssss t uuuu v ' , .

6505

« Ne rien faire » n'existe pas.

Exister est un acte.

6504

L'univers dans tous les sens, sens dessus dessous.

6503

- Qui es-tu Cédric ?
- Je me fous de qui je suis ou pas. Je me fous de cette question.

6502

Rien n'est passé.
Rien n'est à faire.

Penser n'est pas voir.

Entendez-vous l'odeur scintillante du néant ?

22/02/2015

6501

Libéré du poids de toute pensée, je suis, je vis, léger.

21/02/2015

6500

Je méprise ce que je pense.

6499

Je ne suis pas davantage ma douleur que la tienne, mon plaisir que le tien.

Seul ce qui existe importe, pas ce qui est pensé par toi, moi, qui que ce soit, de ce qui existe.

La réalité se contrefout de nos petites logiques cérébrales et de nos raisonnements mentaux.

6498

« Mon » monde intérieur ne m'appartient pas davantage que le monde extérieur.

20/02/2015

6497

En cet instant je suis de mauvais poil, fatigué, mal au dos, mais je m'en fous, je m'accepte tel que je suis, je n'ai aucune image à satisfaire, aucun regard à satisfaire, je suis comme je suis et je me fiche d'un état rêvé ou espéré. Aucun désir de changement, aucune volonté de changer ou d'améliorer mon état ne m'anime.

J'emmerde l'espoir, j'aime ce que je suis, même de mauvais poil, fatigué, mal au dos.

Je m'accepte tel que je suis comme je suis là maintenant.

19/02/2015

6496

La douleur aussi est une énergie.

6495

Je suis feu, je suis vie, je suis énergie.

6494

Ma seule ligne éditoriale pour ce blog, c'est d'y écrire au moins une phrase par jour.

18/02/2015

6493

Non, il n'était pas impossible d'écrire cette phrase.

17/02/2015

6492

Les questions n'existent que parce qu'on se les pose.

16/02/2015

6491

Prenez-moi tel que je suis ou tel que je ne suis pas, faites comme vous le sentez, c'est vous qui voyez, qui me voyez.

15/02/2015

6490

La mort aura à jamais une victoire de retard.

6489

La vie, ce qu'est fondamentalement et intrinsèquement la vie, dit silencieusement et imperturbablement à la mort : « je vis, je suis la vie, et je t'emmerde. »

14/02/2015

6488

Je ne crois pas aux noms donnés aux jours.

Il n'y en a pas de plus grands que d'autres, ils sont tous infinis.

13/02/2015

6487

Mes possibles dernières paroles :

- Ah ah ah , je meurs.

- Pourquoi faites-vous cette tête-là ? Qui a dit qu'on n'avait pas le droit de rire en mourant ?

- Je m'engage dans un tunnel de lumière blanche, ça doit être le trou du cul du soleil...

- Pour vous emmerder jusqu'au bout, mon dernier mot sera un rot : BLURRRRRRPPPPPP

- Ne comptez pas davantage sur moi mort que vivant.

- Foutez-moi par terre ! J'y ai passé assez de temps durant ma vie, je ne mourrai pas dans un lit !

12/02/2015

6486

- Arrête de vouloir.
- Je veux arrêter de vouloir.
- Commence par arrêter de vouloir arrêter de vouloir.

6485

Une page blanche parle toutes les langues.

11/02/2015

6484

Ça n'est un secret pour personne, la pentecôte est un pléonasme, mais est-ce un pléonasme montant ou descendant ?

6483

Promis, quand je serai mort, je fermerai ma gueule.

10/02/2015

6482

Ce que vous lisez en ce moment, c'est ce mot.

6481

Philosophie : blabla prétentieux.

6480

Littérature : blabla divertissant.

6479

Psychanalyse : blabla délirant.

6478

Poésie : blabla qui se la pète.

6477

Seul le silence n'est pas du blabla.

09/02/2015

6476

Je ne suis absolument pas drogué au bien-être, au bonheur ou au plaisir. Quand j'en ressens, tant mieux, mais quand je n'en ressens pas, ça n'est pas pour moi un problème, je ne les recherche pas ni ne les appelle.

La vie n'est pas seulement dans le bien-être, le plaisir ou le bonheur, la vie est partout. Et comme la vie est partout, ce que je suis me convient toujours, quel que soit mon état.

08/02/2015

6475

Assène un puissant crochet du droit au cœur de ta douleur,
qu'elle se transforme en douceur.

6474

Ce blog n'a aucune autre raison d'être que celle d'exister.

6473

Cette phrase n'a aucune autre raison d'être que celle d'exister.

6472

Je n'ai aucune autre raison d'être que celle d'exister.

6471

J'écris pour écrire, et pour aucune autre raison.

J'écris pour écrire comme je vis pour vivre.

07/02/2015

6470

Cette phrase valait le coup d'être écrite, même si j'en avais été le seul lecteur.

06/02/2015

6469

- Cédric, es-tu sûr de ce que tu dis ?
- Je ne suis même pas sûr de ne pas en être sûr.

05/02/2015

6468

On ne prend pas de décisions, ce sont elles qui nous prennent.

6467

Aucune pensée n'est supérieure à une autre.

Désintégrez tout ce qu'écrit Cédric.

Les ennuis commencent quand on suit la pensée de quelqu'un d'autre ; quand on la suit, s'y fie, s'y attache ou s'y réfugie.

Celui qui pense que sa vérité viendra de la bouche d'un autre est dans le mensonge.

6466

Rien de ce que je pense ne doit avoir pour vous une quelconque importance.

Penser à la place de quelqu'un n'est pas lui rendre service.

04/02/2015

6465

La phrase 6464, c'est du grand n'importe quoi.

6464

Il raconte vraiment n'importe quoi, ce Cédric.

6463

Les mots sont des conséquences, pas des causes.

Les mots sont des fruits, pas des graines.

Les mots sont des fruits sans graines.

6462

Les mots ne peuvent pas.

Les mots sont mais ne peuvent pas.

03/02/2015

6461

Le silence est la voix de l'univers.

6460

Je distingue « douleur » et « souffrance », je ne mets pas la même chose dans ces deux mots.

Ce ne sont pas les évènements qui font le mal, c'est la souffrance qui fait mal.

La souffrance et l'espoir sont des fruits de l'esprit, mais l'essentiel n'est pas l'esprit, l'essentiel n'est pas issu de l'esprit.

Celui qui n'est pas sous les ordres de son esprit, est sans espoir et sans souffrance.
Ce qui n'empêche pas les douleurs du corps, mais c'est autre chose.

De toute façon, ce que je raconte là n'a aucune importance et aucun impact possible sur quelqu'esprit que ce soit. Car jamais l'esprit ne se laissera faire, jamais il ne laissera des mots lui retirer son pouvoir ; il n'aime que ceux qui le renforcent, qui le caressent dans le sens du poil.

Mes mots n'ont aucun pouvoir sur quelqu'esprit que ce soit, d'ailleurs ils ne cherchent pas à en avoir.

Un combat contre l'esprit, qui est par nature attaché à sa toute-puissance, est perdu d'avance.

6459

Sans but, tous les horizons s'ouvrent.

02/02/2015

6458

Trois petits mots.

6457

Deux mots.

6456

Seule la souffrance fait mal.

Si tu acceptes les choses telles qu'elles sont au lieu de ruminer celles « telles que je voudrais qu'elles aient été ou telles que je voudrais qu'elles soient au lieu de ce qu'elles sont », alors pas de souffrance.

01/02/2015

6455

Je n'ai plus de notion du temps, je ne sais plus ce qu'est une année, un mois, une semaine, une heure, tout cela est devenu abstrait pour moi, je suis plongé dans l'instant présent.

L'instant m'a happé, le « passé » et le « futur » n'ont quasi plus de réalité en moi, en tout cas, plus d'importance.

6454

C'est bon de s'autoriser à se tromper.

31/01/2015

6453

Comment apprendre de ses erreurs si on s'interdit d'en faire ?

6452

La sagesse consiste à s'autoriser.

6451

Le mental sera toujours là, de la même façon que le corps sera toujours là, je ne vois aucune raison de s'en décrocher, il fait partie de la vie humaine.

30/01/2015

6450

Personne ne m'empêchera jamais de m'instruire, de m'instruire en observant mes erreurs après les avoir pensées, exprimées ou commises.

6449

Je ne vis pas ni n'écris pour plaire à qui que ce soit.

Plaire n'est pas un but, déplaire non plus d'ailleurs.

6448

Dans le fond, le style n'a pas d'importance.
Dans le fond du fond, aucun mot n'a d'importance.

29/01/2015

6447

Mes yeux regardent même ce qu'ils ne voient pas.

6446

Mes yeux regardent la façon dont ils voient.

28/01/2015

6445

Croquez donc dans cette phrase bien juteuse.

(Non, je ne suis pas une sorcière.)

6444

Vous pouvez stocker cette phrase si vous n'avez pas envie de la lire tout suite ; elle n'est soumise à aucune date de péremption ni à aucune date limite d'utilisation optimale, vous pouvez la consommer dans dix ans, elle aura toujours le même goût et les mêmes propriétés.

27/01/2015

6443

Tout est voué à disparaitre, à être détruit, même les pyramides d'Égypte finiront en poussière, quel que soit le temps que ça prenne.

La vie est ainsi faite, évolution constante, réagencement permanent, recombinaison moléculaire, génétique, atomique et à toutes les autres échelles, la vie même est ce mouvement, sans la destruction permanente de tout, les plantes, les animaux, l'être humain n'auraient pas existé, rien n'aurait existé.

Vie et mort, deux facettes de la même pièce, l'une ne va pas sans l'autre.

Tout est sans cesse se reconstruisant, chaque particule d'une pyramide en ruine construit autre chose, poursuit son chemin, vit sa vie de particule.

La permanence n'existe pas, et elle est même impossible, la permanence serait pire que la mort, car elle signifierait la non-vie, l'impossibilité même de la vie.

La vie fut possible car la mort et la destruction sont un fait.

26/01/2015

6442

- Comment se passe ta vie, Cédric ?
- La vie que je vis ne m'appartient pas. Je dirais même plutôt que c'est moi qui appartiens à la vie. Si elle pouvait parler peut-être que la vie dirait : mon Cédric se passe.

6441

Ne plus exister de son vivant, voilà le miracle.

6440

J'ai assez vite compris que ce que j'avais à apprendre sur moi, j'avais à l'apprendre sur place, qu'où que je serais, je serais sur place avec moi-même, alors inutile de voyager, voilà ce que j'ai assez vite compris.