02/08/2017

7520

Aujourd'hui je n'écrirai rien. Je n'écrirai pas même que je n'ai rien à dire. Ma pensée est en convalescence. Le chant des oiseaux traverse obliquement l'espace vide de mon esprit en laissant encore moins de traces que celles de leurs ailes caressant l'air.

Ce que j'écrirais ne pourrait pas même témoigner de mon absence. Car évidemment, je ne suis pas là. Et si vous lisiez ce que j'écrirais vous pourriez penser qu'il y a quelqu'un qui les a écrits, ces mots. Ce serait trompeur.

Comment le vide pourrait-il s'exprimer ? impossible. En s'exprimant, il se remplirait, ne serait plus du vide mais serait devenu des mots.

Les oiseaux passent, les mots passent, libres, légers, insouciants.

Vraiment, aujourd'hui je n'écris rien, je peins seulement un peu d'espace.

7 commentaires:

  1. Avant d'écrire une nouvelle phrase, écoutez de la musique ! Par exemple : le Concerto d'Aranjuez - Joaquín Rodrigo a souhaité que
    son concerto transporte
    l'auditeur dans un autre espace
    et un autre temps. Il dit que son
    œuvre capture « les fragrances
    des magnolias, le chant des
    oiseaux, et les ruissellements
    des fontaines » du jardin
    d'Aranjuez.

    RépondreSupprimer
  2. A ceci près que chaque cellule contient de l'information et qu'on ne peut penser le vide car nous sommes en résonance avec l'ensemble du vivant. Votre inertie ou votre volonté ne peut rien changer à cela. Vous pouvez décider de ne rien écrire. Vous pouvez essayer de faire le vide en vous. Cependant, le vide n'existe pas dans l'univers. C'est d'ailleurs la première leçon de télékinésie. A la question : "Comment parviens-je à défier les lois de la gravité en déplaçant des objets par magnétisme ?" (psychokinèse ou télékinèse). Réponse d'un maître en la matière, Jean-Pierre Girard : "Parce que nous procédons tous du Big-Bang et que nous gardons tous cette mémoire originelle". Alors que vous soyez un être humain ou une boîte à chaussures vous détenez, émettez et recevez en permanence de l'information.
    Le vide n'est somme toute toute qu'un concept poétique, mystique etc... mais cela reste une idée.
    C'est un peu comme cette formule bouddhiste qu'on emploie à tort et à travers : "Hier n'existe plus, demain n'existe pas, il n'y a de réalité qu'ici et maintenant" ou quelque chose comme cela. Pourtant le passé existe autant que le futur (réminiscence et clairvoyance) sauf que nous en détenons l'information depuis toujours. C'est très mal dit, mais c'est l'idée.
    Ce serait beaucoup mieux dit et beaucoup plus affiné si les gens acceptaient enfin de parler enfin de ce qu'ils nomment para-normal et qui deviendra leur normalité dans 10, 20 ou 30 ans, peut-être plus, peut-être moins, par peur du ridicule. Pour autant, tout le monde raconte sa vie, tout le monde montre son cul, jusqu'au ridicule. De même, nous banalisons l'horreur et l'abjection (le terrorisme, par exemple) avec la plus grande facilité. Mais, curieusement la mort,par exemple, reste un sujet tabou. Alors l'immortalité, j'vous en parle même pas ! ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Ce matin, je me suis réveillée doucement. Allongée dans mon lit, je me suis dit quelle heure peut-il bien être et, instantanément, m'est venue l'idée qu'il devait être 7h38. Le temps que j'émerge, que je quitte le lit et que je traverse la pièce où se trouve la livebox, j'ai constaté qu'il était 7h40. Je ne me suis pas trompée de 2 minutes. J'ai dû mettre 2 minutes pour sortir du lit et passer devant la livebox.
    Comment pouvais-je le savoir ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes à la recherche du temps perdu ?

      Moi aussi je consulte régulièrement mon horloge interne.

      Supprimer
    2. Si vous voulez savoir quel est votre problème, cherchez le mot qui revient le plus souvent ...chez Aukazou c'est télékinésie.

      X

      Supprimer
    3. La télékinésie n'est pas mon problème. Apparemment, ce serait plutôt le vôtre ...

      Supprimer
  4. Oh que non ! Au contraire, j'adore perdre mon temps. Trop peut-être. Tiens, ça chauffe dur ! En écrivant, je suis obligée de déplacer mon bureau parce que le soleil me brûle les bras et même les pieds ! Déjà qu'on me traite de Bigfoot, ce en quoi on n'a pas tort. Je me désespérais, hier encore, d'avoir des poils sur les bras (oh très fins, mais très sombres). J'ai décidé de ne plus rien y changer et de vivre avec. J'ai eu la très mauvaise idée de faire une séance de laser, l'an dernier. Non seulement c'est cher mais ça repousse quasiment autant. Le pompon, c'est que sous ma peau d'apparence claire, j'ai une tonne de mélanine. Du coup, j'ai le même problème que les arabes et les africains : le laser dépigmente les peaux à forte mélamine et ça fait des points blancs par endroit. Maintenant, je suis poilue et à pois ! Plus forte que Big foot ! J'en ai marre ! Non, mais des fois, sincèrement, j'en ai marre ! Dieu m'est témoin que je ne m'expose jamais au soleil, pour autant le soleil m'adore, il me chope dès qu'il m'aperçoit. Je suis déjà halée et j'ai rien demandé !

    RépondreSupprimer