05/06/2017

7494

La fin du détroit est étroit.

10 commentaires:

  1. La composition de "Paludes" tient aussi bien à son auteur qu'à son relieur (Alude).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Convoquer ici "Paludes" est enthousiasmant. Sur terre il y a deux sortes de personnes. Celles qui ont lu (et re-re-re-lu) "Paludes" et celles qui ne l'ont pas.
      Alors vous, vous êtes vous et c'est bien.

      Supprimer
    2. Il y aussi cette minuscule sous-catégorie de personnes qui lisent Paludes, l'après-midi, aphones, en écoutant Paludes à l'après-midi d'un faune (ou un Paludes de Chopin).
      Mais bon.

      Supprimer
    3. Et qui sont souvent les mêmes que celles qui ont lu et relu les "Faux monnayeurs" et considèrent que Gide ouvre la voie.

      Supprimer
    4. Moi, je ne l'ai Paludes encore. Mais si je tombe sur un exemplaire, j'y veillerai...

      Supprimer
    5. Quel beau rassemblement tout à coup ! C'est une chasse à courre ?

      Supprimer
    6. à Catherine, Aukazou et Cédric,
      Plus les jeux de mots sont tirés par les chevaux, plus je ris. Bravo ! Impossible de me remémorer le nom de l'écrivain célèbre du XXeme à qui on demandait quel était son plus grand regret. -"Ne pas avoir écrit Paludes", répondait-il.
      ***
      Je tente d'insérer un court extrait de Paludes:

      ANGELE

      Ou le petit voyage

      Samedi.

      Ne noter du voyage rien que les moments poétiques – parce qu’ils rentrent plus dans le caractère de ce que je désirais.

      Dans la voiture qui nous mène à la gare, je déclamai :

      Des chevreaux au bord des cascades ;

      Des ponts jetés sur des ravins ;

      Des mélèzes en enfilades…

      Où monte avec nous, j’imagine,

      L’excellente odeur de résine

      Des mélèzes et des sapins.

      « Oh! dit Angèle – quels beaux vers !

      – Vous trouvez, chère amie, lui dis-je. – Mais non, mais non, je vous assure ; – je ne dis pas qu’ils soient mauvais mauvais… Mais enfin, je n’y tiens pas ; – j’improvisais. Puis, vous avez peut-être raison ; – il se peut en effet qu’ils soient bons. L’auteur ne sait jamais bien lui-même… «

      Nous arrivâmes à la gare beaucoup trop tôt. Il y eût, dans la salle d’attente, une attente, ah! vraiment longue. C’est alors qu’assis auprès d’Angèle je crus devoir lui dire une gracieuseté :

      « Amie – mon amie – commençais-je ; il y a dans votre sourire une douceur que je ne puis pas bien comprendre. Viendrait-elle de votre sensibilité?

      – Je ne sais pas, répondit-elle.

      – Douce Angèle! je ne vous avais jamais aussi bien appréciée qu’aujourd’hui. »

      Je lui dis aussi : « Charmante amie, que les associations de vos pensées sont délicates! » et quelque chose encore que je ne peux pas me rappeler.

      Chemin bordé d’aristoloches.

      Vers trois heures – à propos de rien, commença de tomber une petite averse.

      « Ce ne sera qu’un grain, dit Angèle.

      – Pourquoi, lui dis-je – chère amie, par un ciel toujours incertain, n’avoir emporté qu’une ombrelle?

      – C’est un en-tout-cas », me dit-elle.

      Pourtant, comme il pleuvait plus fort et que je crains l’humidité, nous rentrâmes nous abriter sous le toit du pressoir que nous avions à peine quitté.

      Du haut des pins, lentement descendues, une à une, l’ont voyait les chenilles processionnaires – qu’au bas des pins, longuement attendues, boulottaient les gros calosomes.

      « Je n’ai pas vu les calosomes! dit Angèle (car je lui montrai cette phrase).

      – Moi non plus, chère Angèle – ni les chenilles. – Du reste, ça n’est pas la saison ; mais cette phrase, n’est-il pas vrai – rend excellemment l’impression de notre voyage…

      « Il est assez heureux, après tout, que ce petit voyage ait raté – pouvant ainsi mieux vous instruire.

      – Oh! pourquoi dites-vous cela? reprit Angèle

      – Mais chère amie – comprenez donc que le plaisir que nous peut procurer un voyage, n’est qu’accessoire. On voyage pour l’éducation… Eh quoi! – Vous pleurez, chère amie?…

      – Du tout! fit-elle.

      – Allons! Tant pis. – Du moins vous êtes colorée. »

      ***

      Supprimer
    7. Alors les p'tits LU : Lu Paludes ou pas lu Paludes ?
      Et si on a lu Paludes, faut-il quand même se faire vacciner ? (contre le Paludes).
      (Oh, là là)

      Supprimer
  2. C'est étroit font dix. Parait-il.

    :)

    RépondreSupprimer