01/03/2017

7433

Mon corps est mon seul maître.

7 commentaires:

  1. Je ne crois pas, non. Lorsque je fais se mouvoir (peu, très peu, mais tout de même) un objet de petite taille avec l'énergie de mes mains, je vois bien que la matière n'est pas le maître.Je le vois d'autant mieux lorsque c'est la pensée, sans les mains, qui fait bouger ce même objet (c'est beaucoup plus rare et beaucoup plus inconscient). Je constate également que tout est relié lorsque, par exemple, j'exerce une influence magnétique sur un papier de bonbon, ou un kleenex, et qu'un autre objet proche (sur lequel je n'exerce aucune influence) se met à bouger à côté. Ce n'est pas la seule chose que je sache faire avec mon esprit : il arrive aussi que mon pavé numérique anticipe mes commandes manuelles. Et puis, il y a le reste dont je ne parlerai pas car, en réalité, j'évite de solliciter ce type de capacités. Lorsque je suis très en forme, et particulièrement joyeuse, je sais que c'est le jour J pour aller m'acheter des jeux de grattage. Je choisis les "Astro", non pour le thème, mais parce qu'ils se déclinent en couleur. En fonction de l'intensité de la vibration d'une couleur, je sais quel est le ticket qui me rapportera de l'argent. Ca peut marcher trois fois de suite dans la journée. Après, l'énergie s'épuise. Bon, je ne sais pas anticiper les n°de loto, mais allez savoir : peut-être qu'inconsciemment je me l'interdis pour des raisons d'éducation judéo-chrétienne du style : "Il sera plus facile pour un chameau de passer par le chas d'une aiguille, que pour un riche d'entrer au royaume des cieux" ... c'est assez dissuasif.
    Tout ce en quoi l'on croit se manifeste. Tout ce qu'on s'interdit empêche la manifestation. Et si l'on ne croit en rien ...naturellement, rien ne se passe.

    Pour en revenir au corps, ce n'est en réalité qu'un véhicule. J'entends par là non pas un instrument mais une manifestation de l'esprit. Je ne crois pas à la distinction corps et esprit. Je ne peux donc pas adhérer à l'opinion selon laquelle le corps serait le maître. Chaque atome est une expression spirituelle.Considérons un glaçon comme la modification solide d'un élément liquide. Le corps est le glaçon, l'eau serait l'esprit mais en réalité, ce n'est qu'une modalité d'une seule et même chose.
    J'ai constaté aussi autre chose :le pouvoir de la musique sur l'expression des facultés para-psychiques :la musique en facilite la manifestation. Pourquoi ? Mystère. Ca je ne sais pas encore l'expliquer.

    https://youtu.be/9KtMMBO2IAs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aukazou le corps est un instrument ET une manifestation de l'esprit...la télékinésie prouve que l'espèce humaine est en train de changer, de plus en plus de gens auront un pouvoir sur la matière mais pour vraiment controler la matière il faut être très Mature spirituellement et ton niveau de télékinésie donne en fait ton niveau spirituel, un maitre serait par ex Jesus mais de toute manière le pouvoir vient du Soi , c'est lui qui décide qui aura ou n'aura pas.... tu te doutes bien que si les gens inconscient avaient ce pouvoir il ferait n'importe quoi déja que sans ils font souvent n'importe quoi, ça leur monterait trop a la tête...je pense donc en ce qui te concerne que le Soi a voulu te montrer un échantillon des possibilités qui existent au dela du matérialisme afin que tu puisses méditer sur toi même, sur l'univers et pour que tu vois que tu es importante et que tu gardes confiance en toi. Le Soi ne fait rien au hasard, tout est calculé depuis longtemps.

      Supprimer
    2. Si cela ne m'entraînait dans des détails personnels qui n'ont rien à faire sur cet espace, je vous raconterais un truc stupéfiant. Je vais essayez sans trop en dévoiler : Je me retrouve un jour à bosser dans une Institution prestigieuse où on me colle en binôme avec un pervers narcissique, extrêmement brillant et conscient de cette supériorité. Je dirais même confiant...un peu trop.
      J'y gagne extrêmement bien ma vie. Je bénéficie d'avantages hors normes. Quant aux locaux, y a pas à s'plaindre : c'est un hôtel particulier, pas loin du Louvre. Je suis censée y rester jusqu'à la retraite. Sauf qu'il faut pas chercher Raoul, sinon il t'éparpille façon puzzle, quitte à être réduit lui-même en confettis . Raoul, c'est moi ! ;-)

      Mon binôme tire son immunité d'une loi cadre dont je n'avais jamais entendu parler avant de le rencontrer. Il m'explique que cette loi cadre est sa Bible, me promet qu'un jour il en parlera longuement avec moi et m'en expliquera toutes les dispositions (il ne l'a jamais fait !). A chaque fois qu'il en parle, j'entends distinctement le jour et le mois de la promulgation de ladite loi, mais jamais l'année (mon binôme mange la fin de ses phrases). J'entame une recherche avec les éléments contextuels dont je dispose et bing : j'ajuste enfin la dernière pièce du puzzle. Et là, je suis littéralement assommée.
      Il se trouve que la date complète (jour, mois, année) de cette loi cadre correspond à la date de naissance de la personne qui m'est la plus chère au monde et qui n'est plus. Puissant, non ?

      Les mois passent, mon binôme s'essaie à toutes les techniques de manipulation mentale pour mieux me circonvenir et me contrôler à sa guise. Rien n'y fait. De mon côté, je le démolis comme je peux auprès du médecin du travail, tenu au secret professionnel, mais dont j'ai eu vent du statut d'indic qu'il tient auprès de la G.R.H. Je sais qu'il fera le sale boulot à ma place ...
      En attendant, je destabilise mon binôme en retournant ses cartes une à une. Je lui montre sans aucune hésitation que je sais à qui j'ai affaire. Et je vais même jusqu'à souligner toutes ses erreurs juridiques. Grosse fureur dans un 1er temps, puis nouvelle stratégie enveloppante et mielleuse. Au final, je suis remerciée par ma direction, certes . Mais lui passera deux mois avec une minerve. C'est dire dans quel état de stress il est rendu. Par ailleurs, sa réputation étant faite (la seule raison pour laquelle il est encore en poste est cette fameuse loi cadre), je pars en donnant des billes supplémentaires à la G.R.H. pour le virer. C'est le dernier faux pas qu'il pourra se permettre.

      Aujourd'hui, l'essentiel de mon travail repose sur cette loi cadre. C'est devenu ma Bible et mon passeport. Grâce à mon Ange, je m'engage sur des sentiers que je n'aurais jamais osé, ni rêver d'explorer et avec quelle aisance, quelle facilité, quelle inspiration. Il fallait en passer par le pire, pour obtenir le meilleur.

      Effectivement, rien n'arrive par hasard.

      Supprimer
  2. ça me donne pas trop envie de bosser avec vous...

    Abraxas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca tombe bien. Je n'aime pas bosser avec les autres. A part s'accrocher à moi comme des sangsues avides, de grasses loches apathiques, envieuses mais stupides et paradoxalement pétries d'ambitions - ambitions inversement proportionnelles à la taille de leurs cerveaux - à quoi me servent-ils ? Ils me desservent et me ralentissent. J'en ai encore fait l'expérience récente. Lorsqu'ils prennent la parole à partir d'un support - présentation écrite à leur place, idées conceptualisées à leur place, travail mâché à leur place - ils ne leur reste plus, en toute logique, qu'à s'imprégner de ce qu'ils ont lu et l'exprimer de la manière la plus fluide possible.Or leur débit est entravé par leur esprit débile (au sens latin du terme, je précise parce que j'ai le sentiment que c'est devenu nécessaire). Visiblement, ils ne comprennent pas la moitié de ce qu'ils racontent, ânonnent comme de petits enfants, butent sur des mots simples. Le plus con s'arrogera le droit de rajouter un paragraphe à sa sauce qui viendra contredire ce qui a été énoncé précédemment, sans même que son entendement ne s'en formalise. Il fera ce que font tous les médiocres en pareil cas : il se piquera de mots précieux, ronflants; interminable ruban ornemental qu'il déroulera au fur et à mesure que le sens s'asphyxie et la pensée s'épuise.

      Mais bon Dieu ! Heureusement que je suis là pour réveiller l'assistance, l'embarquer avec moi,la soumettre et finalement forcer son adhésion. J'ai ce charisme des bons orateurs. Et je suis une oratrice née. Pas seulement parce que je peux me passer de micro, mais parce que je suis habitée par ce que je dis. Sauf que je le pratique sans emphase, sans roulements de tambours inutiles, sans ornementation grotesque. Je pratique l'économie du verbe. Ma pensée parfaitement articulée, comme l'est ma diction, n'a rien d'improvisée, sa logique suffit à sa démonstration. Je n'ai pas besoin de venir costumée, parée comme un taureau de concours. Je sais qu' Argos me reconnaîtra quelle que soit ma vêture.

      Contrairement à ce que vous déclarez, je suis solidaire et même généreuse. Très généreuse. Bien trop ! Je peux même renouveler ma confiance après un coup de Jarnac. Je peux même rendre un service après un coup de Jarnac. Il y a toujours une seconde chance avec moi. Malheureusement, on ne changera jamais la nature d'un Brutus, d'un Yago. Ceux-là n'auront jamais l'étoffe du pouvoir qu'il recherche et, me semble t'il,quelque chose en eux le sait déjà. Malgré cela, faute de parvenir à leurs fins, ils préfèreront encore que tu coules avec eux. Comme si ta" mort" pouvait venir réparer ce dont la naissance les a privés : du courage, un caractère, une volonté. Parce qu'ils sont primaires, ils cultivent la pensée archaïque des tribus primitives. Notamment l'exocannibalisme censé transmettre les qualités de l'ennemi que tu manges. On en est là ! ;-)

      The last but not least. La connaissance pour la connaissance ne les intéresse pas. Seule la connaissance comme stratégie de pouvoir les motive. Et comme le monde est mal foutu : ils ont cette ambition que je ne possède pas et j'ai la connaissance sans le goût du pouvoir parce que je n'ai rien à prouver. Je ne sais pas si savoir c'est pouvoir ...pour eux sans doute. Pour moi, paradoxalement, savoir ne me donne pas envie de "pouvoir". C'est même invalidant, c'est comme si le chemin était déjà fait. Je n'ai donc aucune ambition. Vous remarquerez que les "puissants" de ce monde ne sont pas des "sachants": Khomeyni, Hitler, Mussolini, Trump, Bush, Reagan, Thatcher... Et ce n'est pas réservé aux seuls politiques ... tous les corps de métier sont concernés. Les artistes aussi le sont. Exit la connaissance,la maîtrise,car ce qu'il faut au monde c'est l'arrogance de la bêtise et les hurlements pour le clamer.

      Supprimer
  3. aukazou , je te critique pas, j'aime les gens comme ils sont. Simplement taches de rester zen et de ne pas te prendre la tète avec toutes les conneries que tu racontes, tu gagneras beaucoup à t'installer comme moi dans la paix du mental

    RépondreSupprimer