06/11/2016

7408

Je m'apprends, je m'étudie, je m'expérimente.

6 commentaires:

  1. Vous me faites à Michel Leyris, dans L'âge d'homme, entendez cela comme un compliment.
    Ph

    RépondreSupprimer
  2. Tu te fais des interros, des fois ?
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me note pas mais je m'examine.

      Supprimer
  3. Dans la grande tradition des écrivains onanistes.

    RépondreSupprimer
  4. Oui moi aussi je m'étudie, je m'apprends, je m'expérimente et voilà ce que j'ai appris sur moi ce matin :
    J'ai un boulot fou, j'ai d'ailleurs considérablement avancé dans ce que j'ai à faire. J'ai d'abord paniqué face à l'inconnu. Puis je me suis acharnée à trouver des pistes, à fouiller des textes complexes, pas forcément en français. Et j'ai enfin trouvé, après de longues soirées de recherche, ce que je cherchais. Tout a pris soudainement une cohérence. La clarté a jailli. Je balaye parfaitement la question. J'en vois l'ordonnancement. Mais alors qu'il ne me reste plus qu'à mettre en forme mon travail : je procrastine !

    Alors voilà ce que j'en déduis : ce n'est pas forcément de la fainéantise puisque le plus compliqué a été réalisé. C'est plutôt comme un puzzle dont je verrais très clairement toutes les pièces et comment les emboîter : du coup cela n'a plus d'intérêt, ou moins d'intérêt. Et je me dis qu'il me reste du temps. Or, même si je vois comment articuler mon travail, cette phase de mise en forme prend également du temps mais mon esprit l'ignore. J'ai le sentiment d'avoir fini mon boulot alors que c'est juste ma curiosité qui est rassasiée. C'est affreux d'être comme ça !
    Bref ! J'ai deux jours devant moi mais FAUT QU'JE BOSSE !

    https://youtu.be/z_veJi9itZw

    RépondreSupprimer