09/09/2016

7375

La vie est absurde, c'est là que réside sa beauté et son intérêt.

6 commentaires:

  1. Aukazou parfois de Meched et d'ailleurs ...09/09/2016 19:19

    Il me semble vous avoir déjà lu dans ce registre. On se répète ?

    Vous êtes-vous déjà adonné à la lecture des 40 règles de Shams de Tabriz ? Si ce n'est le cas, je vous la recommande. Shams dit, par exemple que : "ce qui ne peut être dit avec les mots doit être compris dans les silences". Rien n'est absurde, sauf à décréter l'amour absurde ce qui serait une absurdité sans nom ;-)

    https://youtu.be/nKBFP9_0PsE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne crois pas aux règles, je lis des phrases. Aucun mot ne dictera jamais ma façon de vivre. Les mots viennent toujours après.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Je ne m'y étais jamais intéressé mais après avoir lu quelques phrases de lui, en effet, certaines choses résonnent.

      Supprimer
    2. Peu de gens connaissent Shams de Tabriz, on connaît beaucoup plus Rûmi (Mevlana). Et pourtant ces deux là sont en quelque sorte les Montaigne et la Boëtie de l'amour mystique.

      J'aime tout particulièrement ce poème de Rûmi à Shams. Le lien qui les unit me touche et me fascine :

      "Heureux le moment ou nous serons assis dans le palais
      Toi et moi,
      Avec deux formes et deux visages, mais une seule ame
      Toi et moi.
      Les couleurs du bosquet et les voix des oiseaux
      confèreront l'immortalite
      Au moment ou nous entrerons dans le jardin
      Toi et moi.
      Les étoiles du ciel viendront nous regarder;
      Nous leur montrerons la lune elle-même
      Toi et moi.

      Toi et moi,
      Libérés de nous-mêmes, serons unis dans l'extase,
      Joyeux et sans vaines paroles
      Toi et moi.
      Les oiseaux du ciel au brillant plumage
      Auront le coeur dévore d'envie.
      Dans ce lieu ou nous firons si gaiement
      Toi et moi.
      Mais la grande merveille
      C'est que toi et moi, blottis dans le meme nid,
      Nous nous trouvions en cet instant
      L'un en Irak, et l'autre en Khorastan
      Toi et moi"


      Supprimer
    3. Ah pardon, vous rebondissiez sur Camus. Evidemment, c'est plus "littérairement correct". On est sûr de ne pas se gourrer ;-)

      bêêêêê ! bêêê^^eê !

      Supprimer