26/08/2016

7363

N'est-on pas qu'un amas de mots, de phrases, d'idées qui tournent en boucle ?

5 commentaires:

  1. Non et heureusement.

    RépondreSupprimer
  2. Je pensais à du Bellay tout à l'heure lorsque, après avoir bouclé mes valises, je me suis assise à mon bureau dans la pénombre, fenêtres grandes ouvertes sur un ciel d'encre piqué d'étoiles. Il m'est alors revenu ceci en mémoire :

    "Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
    Fumer la cheminée, et en quelle saison
    Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
    Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

    Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
    Que des palais Romains le front audacieux,
    Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine "

    Il ne s'agit pas, à proprement parler, d'un "amas de mots, de phrases, d'idées qui tournent en boucle" mais plutôt d'un écho. Une résonance qui, à des siècles d'intervalle, fait sens autour de préoccupations, d'émotions, de sentiments communs à toute l'humanité.

    C'est drôle, à 18 ans du Bellay me faisait suer. Ce soir, j'aurais envie de l'étreindre dans mes bras, comme un ami, en lui disant : "Je sais c'que c'est... " ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. N'était-ce pas le propre des sophistes d'être capables de démontrer une chose et son contraire ? J'imagine bien ce "Oui EST non" appliqué au cas d'une femme violée.
      - "Mais j'vous jure, Votre Honneur ! Elle gueulait"NON !" mais ça voulait dire "Oui"...

      Supprimer