04/02/2016

Aparté orthographique

Si j'ai bien compris, l'accent circonflexe, à la base, est lui-même issu d'une réforme de l'orthographe, et nénuphar s'écrivait nénufar pendant des siècles. En fait, c'est plutôt que tous les changements nous font bizarre, ça s'appelle l'attachement aux choses qu'on connaît par rapport aux choses nouvelles ou qu'on ne connaît pas ou dont on n'a pas l'habitude. Les premiers qui ont écrit « enfants » au lieu d'« enfans » ont certainement eu droit aux remarques que je lis aujourd'hui concernant ognons et nénufar.

Bref, dans 500 ans certains ne pourront pas accepter qu'on n'écrive plus comme on écrira dans 200 ans.

L'homme est ainsi fait qu'il s'attache à ce qu'il connaît et voit le plus souvent d'un mauvais œil les changements. Une sorte d'instinct de survie. Et j'ajoute que je n'ai rien contre cet instinct. Disons que personnellement, avoir d'autres façons d'écrire des mots ne me dérange pas.

4 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "semblé" ;-)

      "peu importe" (il importe peu, pas "il importe pouvoir")

      "continuerai" (futur, pas conditionnel)

      Je vous corrige pour le clin d'oeil, écrivez comme vous le voulez, peu m'importe.

      Les règles sont là pour qu'on puisse se comprendre, une lettre en plus ou en moins et ça donne un autre mot, une autre signification.

      mé o fon mèm en fonétik on peu ce conprendr

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Très pertinente analyse Cédric! Je ne la partage pas mais elle a le mérite d'exposer un constat d'évidences qu'on préférerait ignorer car il est dérangeant.

    RépondreSupprimer