18/01/2016

7102

Une relation est un océan, je ne me fie pas aux vagues.

7 commentaires:

  1. Une relation elle-même n'est qu'une vague d'un type de relation. Elle en témoigne...

    RépondreSupprimer
  2. Avez-vous remarqué que ce ne sont pas les vagues internes des fonds océaniques, qui peuvent atteindre 500 mètres de hauteur, les plus dangereuses ?
    Ce sont les petites vagues externes, celles dont on n'anticipe jamais assez l'action érosive au fil du temps, qui font reculer le "vivant " (hommes, habitations, falaises, dunes) et dégradent plus sûrement qu'un tsunami dévastateur, mais rare, après lequel on pourra reconstruire.

    Bref, dans l'océan d'une relation, mieux vaut ne pas sous estimer le caractère érodant des petites vagues répétitives ... Enfin, c'est mon avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout de même, les tsunamis sont les vagues les plus meurtrières, et ils ont leur origine au fin fond des océans, près des failles sismiques. Quant à l'érosion... à certains endroits la mer recule, des îles se forment, et à d'autres la mer rogne le littoral, c'est ainsi, tout change tout le temps... y compris dans les relations, toute relation évolue.

      Supprimer
    2. Qui a dit le contraire ? Il me semble avoir utilisé l'adjectif "dévastateur", c'est bien que je considère les tsunamis comme meurtriers. Cela dit, les tsunamis sont rares et, petit à petit, la vie reprend ses droits là d'où le tsunami l'avait chassée. En revanche, l'érosion d'un littoral est à jamais irréversible et détruit non seulement des existences mais empêche à tout jamais la vie (humaine s'entend) d'y reprendre son cours.

      Je suis absolument d'accord lorsque que vous déclarez que toute relation évolue. C'est bien la raison pour laquelle il me semble que les petites, comme les grandes choses (incidents, événement, joie, peines, revers, succès, humeurs), la modifient et impactent son évolution.

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "inerrantiste" ? Ah non, là, vous allez trop loin ! :-)

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer