11/01/2016

7082

À chaque phrase, je perds un peu de moi.
À chaque phrase, je gagne un peu de vide.

Et à chaque fois que je pense être arrivé au bout de moi, de nouvelles parties de moi se révèlent.

Tant que j'aurai du moi à perdre, j'écrirai.

J'arrêterai quand je serai devenu totalement vide, quand je ne serai plus moi.

Mais il est possible que jamais ce jour n'arrive tant le moi caché semble immense.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire