04/12/2015

6997

Je fais du non-faire.

25 commentaires:

  1. Y a pas que vous ! Asensio aussi fait du non faire, ou disons plutôt que ce qu'il produit n'est "ni fait, ni à faire". J'avais déjà cité une phrase de son tonneau percé duquel les mots s'échappent sans qu'on puisse les rattraper. A vrai dire, il en manquait tellement, de mots, dans son interminable phrase, qu'à défaut de séduire un éditeur il aurait pu inspirer Molière pour les répliques du fils du grand turc. Non content de se casser la gueule en s'essayant, avec moins de bonheur que Proust, aux longues périodes cicéroniennes, le voici désormais qui s'attaque à Millet à coups d'impératif du 1er groupe auxquels il colle un "s" final (mais c'est bien sûr ! ;-)). Et dire que je me réjouissais à l'avance de tout le mal qu'on pourrait dire de Millet, ce diarrhéiste verbal, ce sodomite drosophile, ce possédé de la libido démoniaque que le psalmiste qualifie de " fléau de midi " , à savoir cette heure arrêtée sur le cadran d'une montre aussi molle que " l'aiguille" de son propriétaire ... c'est dire si ça fait envie ! Las, j'en serai pour mes frais car, après avoir dit tout le bien qu'il pense de lui-même, Asensio délaye à ce point son verbe assassin qu'il en émousse le trait et finit par rater sa cible. On se perd dans ce magma informe, ce résidu pâteux qu'il reproche aux autres sans qu'il s'en corrige lui-même. C'est en est presque triste car, de la pertinence de certaines de ses observations, ne reste qu'une coulée de vomissures et de redites dont la lave s'éteint sous les cendres de l'ennui. Visiter Asensio, c'est comme visiter Pompéi, dans cent ans peut-être fera-t-il le bonheur d'un archéologue ou d'un linguiste, en attendant le lecteur, lui, en reste pétrifié !

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. C'est qui ? Vous aussi vous avez un beau-frère qui s'appelle Noël ?

      Supprimer
    2. On s'en fout, oui et non. Disons que lorsqu'on s'emploie à débusquer la merde des autres, autant ne pas patauger dedans. Sinon, vous avez raison : On s'en fout ! Vive Noël !

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    4. J'ai supprimé votre commentaire même s'il n'était pas très violent ou méchant. Simplement, si vous avez des choses à dire à Juan Asensio, dites-lui directement.

      Par contre je ne sais pas s'il vous répondra, il doit avoir l'habitude des mails haineux, vu que lui-même ne s'exprime pas avec le dos de la cuiller.

      Supprimer
    5. J'm'en fous de cette "imposture". Je viens d'apprendre la teneur de certains amendements du gvnmt prévus pour l'automne prochain et qui me feront revoter à gauche aux présidentielles ! ;-)
      Vous savez, il est quand même plutôt mieux que les autres, ce gvnmt de gauche. Dommage qu'il soit si discret !

      Supprimer
    6. même s'il n'était pas très violent ou méchant
      --------------------------
      Ah bon ? C'est un peu violent, ou un peu méchant, de demander à quelqu'un quels sont des diplômes universitaires ? Première nouvelle.

      Supprimer
    7. ;-)

      http://img7.hostingpics.net/pics/838028383.jpg

      Supprimer
    8. Non, en effet, ni violent ni méchant, juste un peu bête. ;-)

      On peut parler de ce que l'on veut, donner son avis sur ce que l'on veut, quels que soient nos diplômes. Un diplôme n'est qu'un papier qui prétend quelque chose.

      Prenons un exemple, j'ai envie de donner mon avis sur la beauté d'un jardin et son entretien, eh bien, je dis ce que j'en pense, même si je n'ai aucun diplôme de paysagiste ou de botaniste ou etc.

      Et si quelqu'un me dit : "de quel droit tu donnes ton avis, tu n'as même pas les diplômes!" Je lui répondrais : "je dis ce que je veux et j'emmerde le fait que le fait que je dise ce que je veux te déplaise." ;-)

      Supprimer
    9. Je n'avais pas vu l'image. Excellente. ;-)

      Supprimer
    10. Voyez-vous, ce que j'aime dans le droit public, c'est qu'il ne laisse aucune place à l'imprécision ou à la divagation. Personne ne peut se dire publiciste simplement parce que ça le démange ou, parce qu'ayant vu de la lumière, il a cru bon d'entrer sans y être invité.

      Supprimer
    11. Oui, mais suffirait d'étudier les mêmes livres, pour savoir les mêmes choses. Diplôme en droit public ou non.

      Supprimer
    12. Sans blague ? ;-)
      Je crains que cela ne soit un peu plus compliqué que vous ne le pensez.

      Supprimer
    13. Le droit n'est qu'une blague. Un recueil d'histoires drôles en somme.

      Des mots qui se croient importants...

      Ceci est la règle. Ceci n'est pas la règle. Ceci est légal. Ceci n'est pas légal. Ceci est bien. Ceci n'est pas bien. etc. Juste parce que c'est écrit dans un livre quelque part.

      Une sorte de bible laïque. Vous connaissez mon rapport aux bibles en général... ;-)

      Supprimer
    14. Vous respectez néanmoins tout un tas de lois, consciemment ou inconsciemment

      Supprimer
    15. Oui, c'est vrai. Ou disons qu'un bon nombre de lois correspondent à mes "lois intérieures". Par exemple, je ne tue pas, non pas parce que c'est interdit, non pas parce que c'est une loi, non pas parce que je risquerais la prison, mais parce que ça ne me viendrait même pas à l'esprit de tuer quelqu'un. Bref, je respecte ce que j'entends en moi, pas parce que c'est écrit dans un livre quelque part.

      Cela dit, j'ai été conditionné à respecter certains codes. Le code de la route par exemple, pour se déplacer sans problèmes et sans accident, je suis les règles du code de la route, c'est le plus sûr, pour moi et pour les autres. Et je n'ai aucun mal à les respecter, ces règles, je ne fais même aucun effort, j'écoute ce qui est, en moi et pour moi, une évidence.

      Bref, quoi qu'il soit écrit dans les livres, j'écoute ce qui s'écrit en moi, que cela corresponde ou pas à ce qui est écrit dans des livres.

      Supprimer
    16. Au fond, je suis absolument d'accord avec vous : un diplôme n'est qu'un bout de papier qui prétend à quelque chose. C'est juste qu'il existe une espèce de "gens" qu'il faut parfois renvoyer à leur insuffisance, même s'il faut user pour cela d'arguments qui n'en sont pas. ;-)

      Lucien Clergue, par exemple, n'avait même pas le bac, et sans doute valait-il mieux pour lui, comme pour nous, qu'il ne perde pas son temps à obtenir quelque chose qui ne dit rien de son génie,ni de ce qui l'habite et fait sa singularité, sa fulgurance, sa pulsion de vie.

      https://youtu.be/-GI5y_EYb1k?list=PL9LWAQYUI74tZbJqNkAYRQKs3zbTwl68c

      Supprimer
    17. Je ne connaissais pas ce photographe, son nom, son histoire, mais je connaissais déjà une série de ses photos de nu, croisée sur internet, probablement une de ses plus célèbres, avec ce jeu des ombres d'une lumière découpée par des stores.

      Supprimer
    18. Fernand Chocapic10/12/2015 18:04

      Vous n'obtiendrez aucun diplôme en écartant les stores, si ce n'est celui de voyeur professionnel !

      Supprimer
    19. Ben si, diplôme en zébrures, cassis ! (je préfère 'cassis' à 'banane', 'banane' ça fait injurieux.)

      Dites, vous saviez que les zèbres se baladaient la plupart du temps nus ?

      http://www.anneclergue.fr/lucien-clergue-portfolio-nus-zebres

      Supprimer
    20. Fernand Chocapic11/12/2015 09:17

      http://monq.biz/article-3045-Publicite+_+Petit+Pimousse+_+Tu+sais+ce+qu_il+te+dis+le+cassis.monQ

      Supprimer
    21. Non, il me dit quoi le cassis ?

      Quelle virulence ! C'est pour ça qu'ils sont rouges les fruits rouges ? Parce qu'ils sont en colère ?

      Supprimer
  3. Et Vicky, pédiatre, il a bien fallu qu'elle l'obtienne son diplôme de pédiatrie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connaissais son nom de famille, Pédia. Mais j'ignorais sa profession...

      Supprimer