21/11/2015

6976

Je ne veux pas convaincre les autres qu'ils ont tort. Les gens croient en ce qu'ils veulent, ça me va, même quand ils croient en dieu, en des théories religieuses, en des théories du complot, en des pseudo-sciences ou en ce genre de conneries. Ils s'amusent de cette façon, c'est parfait. La réalité, les « théories officielles » ou les consensus scientifiques sont trop ennuyeux pour eux ? parfait. Qui suis-je pour leur refuser ce plaisir ? En ce qui me concerne, je me méfie de la science, mais encore plus des pseudo-sciences, je me méfie de ce qu'affirme la médecine conventionnelle, mais encore plus de toutes les médecines alternatives, je me méfie de ce que nous racontent les experts à la télé ou sur internet, mais encore plus de ce que disent les conspirationnistes, etc.

Les autres peuvent dire ou penser que je suis stupide, je ne crois pas les autres. Nous sommes tous, à certains moments, stupides, mais en cet instant, je ne le suis pas.

Je me fous des réponses ou des questions des autres. Je n'ai pas besoin des réponses ou des questions des autres.

15 commentaires:

  1. Je vous trouve virulent et insociable sur ce coup là. Mais surtout, je vous trouve incohérent. Pourquoi créer un blog avec des commentaires ouverts ? Pourquoi multiplier les supports en vous créant, en sus de ce blog, une page facebook ? Et pourquoi se constituer une blogroll et poster des commentaires sur d'autres blogs (où je vous ai lu) ? Beaucoup de bruit pour rien et beaucoup de cinéma au fond ! Faites gaffe, la frontière est mince entre posture et imposture...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me faut nuancer en effet. En fait, j'ai écrit ce billet en réaction à des questions en lien avec l'une de ces théories du complot à la mode, en l'occurrence "mais non, il n'y a pas d'avions qui se sont crashés dans le WTC, comment expliquer qu'un avion puisse transpercer une paroi faite de poutres en acier ? " bref, des questions à la con, sous-entendant qu'il n'y a pas d'avions qui se sont crashés dans les tours.

      C'est en réagissant à ces questions complotistes que j'ai écrit les phrases du billet. J'ai ensuite élargi à d'autres domaines, à d'autres théories.

      La nuance que je dois apporter, la seule, c'est au niveau du "je me fous", en fait, en effet, je m'intéresse à ce que les autres pensent, à leurs questions et leurs réponses, comme vous me le faites remarquer. Ce que je voulais exprimer, c'est qu'elles n'auront jamais pour moi une importance fondamentale, les autres sont libres de penser ce qu'ils veulent, comme je le dis dans la phrase suivante : concernant la pensée, ce que je pense est tout ce qui m'importe.

      Bref, ce que l'autre pense ne m'engage pas, ne pèse pas en moi, ne provoque pas en moi une volonté de transformer les pensées des autres, (c'est en cela que "je m'en fous"), mais il n'en demeure pas moins en effet (et là est la nuance) que je trouve un intérêt et prend souvent du plaisir à lire les pensées des autres. (Si je ne prenais pas de plaisir ou ne trouvais aucun intérêt dans les écrits ou les propos de certaines personnes, je ne lirais ou n'écouterais tout simplement pas, en effet. :-) )

      Pour le dire autrement : les réponses et les questions des autres ne me déterminent pas et je n'en attends rien, même si en effet, j'aime parfois m'y intéresser.

      Supprimer
  2. Juste l'avant dernière phrase qui m'interpelle.
    J'ose la question dont vous vous foutrez royalement.
    Le paradoxe (?) étant qu'on ne saurait totalement s'en foutre, sauf à se couper des autres, non?
    Pourquoi partagez-vous votre prose avec nous autres? Que vous apporte le fait d'être lu?
    Amicalement.
    Julien

    RépondreSupprimer
  3. ok ma question n'a plus lieu d'être. D'ailleurs elle n'existe pas. (rires)
    Julien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue ici Julien, dans ce lieu où aucun mot n'a d'importance. ;-)

      Supprimer
  4. Je suis d'accord avec Cédric mais je peux comprendre que certains lecteurs de ce blog soient attirés par le côté sombre d'Aukazou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le côté sombre ? Ben faudra m'dire quoi ! Moi qui aime les arbres de noël, le sorbet aux agrumes, et cocooner sous la couette avec du chocolat et des polars ! Moi qui n'emmerde personne et qui cultive mes géraniums ! Moi dont le seul rêve est d'avoir un berger picard et un 4/4 renault...! Ben mon n'veu !

      Supprimer
  5. Il est beau, hein ? ;-)
    http://www.bergerdepicardie.ch/DaniDesMandarinesBleues.jpg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non ! On dirait un chien, parce que c'est ce qu'il est ! Un bon chien de berger avec une bonne gueule et beaucoup de qualités !

      Supprimer
    2. Nick Nolte, il a une bonne gueule aussi, mais il a peut-être moins de qualité, je n'en sais rien, je ne le connais pas. Et même si je le connaissais, qui serais-je pour juger les hommes ? Je ne suis qu'un homme.

      Supprimer
    3. Mais lâchez-moi avec Nick Nolte, moi non plus je ne le juge pas, c'est à peine si je sais qui il est ! Moi, j'veux un chien qui ressemble à un chien, pas un chien qui ressemble à Nick Nolte ! J'ai l'droit, non ? C'est un monde ça !

      Supprimer
    4. Un chien qui ressemble à un chien ? Vous avez de sacrées exigences.

      Et un chien qui ressemble à une serpillère, ça vous irait ?

      https://www.youtube.com/watch?v=kW3QKtO022o

      Supprimer
    5. Mêêêêêêh … vous ne croyez pas si bien dire ! J’en ai eu un dans ce genre là ! On n’a jamais bien su ce que c’était. Au début, on croyait que c’était un bobtail mais quelqu’un nous a dit que c’était un berger hongrois. Bref ! On n’a jamais su. Quand je l’ai trouvée, elle était gris anthracite, elle puait et elle chiait liquide tous les 100 mètres. Lorsque ma mère a ouvert la porte, elle m’a dit : « Qu’est-ce que c’est que ça ! J’veux pas de ça à la maison ! ». Je ne sais pas quelle tête j’ai dû faire, ni ce que j’ai dit … je me souviens simplement que je me tenais sur le seuil , avec cette poubelle qui me tenait lieu de chien, et que je l’aimais déjà. Alors, ma mère a soulevé une masse de poil dégueulasse pour trouver les yeux et, quand elle a enfin croisé un regard, elle m’a dit : « Tu m’emmènes ça chez un toiletteur, il ne mettra pas une patte à la maison avant de ressembler à quelque chose ! ». Au toilettage, on m’a dit qu’on ne pouvait pas le toiletter. Mission impossible ! Il fallait le tondre. Je suis rentrée à la maison avec un chien nu qui ressemblait vaguement à un mouton et dont l’absence de poil lui donnait l’air d’avoir perdu 30 kgs d’un seul coup ! Mon Dieu qu’elle était moche ! Mais au moins elle était propre et on connaissait enfin son sexe et sa couleur d’origine (champagne). On l’a appelée Loreleï, parce que c’était une grande blonde. Elle avait quelques brûlures de cigarette sur le corps, traversait toute seule au feu rouge, et stationnait devant tous les bistrots qu’elle rencontrait sur son chemin. Ma mère l’a adorée. Finalement, c’est plus devenu la chienne de ma mère que la mienne. Nous l’avons gardée cinq ou six ans, jusqu’à ce qu’elle développe un cancer et nous quitte. Ce qui est sûr, c’est que les années qu’elle a passé avec nous ont probablement été les plus heureuses de sa vie !

      Supprimer
    6. Vous savez, je ne crois jamais bien dire, je me contente de dire.

      C'était peut-être un Puli?

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Puli

      ou un Komondor ? (plus grand que le Puli)

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Komondor

      Évidemment, je ne connaissais pas ces noms avant de demander à Google.

      Supprimer