26/10/2015

6939

Je vis pour laisser une chance à l'insoupçonné d'avoir lieu.

14 commentaires:

  1. Et que je laisse à Dieu la chance de vivre en moi ?
    Je plaisante ! Pas d'panique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis Dieu ! Je plaisante pas !!

      Supprimer
  2. Cette phrase me rappelle une phrase prononcée par Jeremy Irons à la fin du film de Louis Malle "Fatale" il me semble : "On va vers l'amour pour avoir une idée de l'inconnaissable" (ou quelque chose comme ça).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, pas vu ce film mais j'ai trouvé la phrase :

      "What really makes us is beyond grasping. It's way beyond knowing. We give in to love... because it gives us some sense of what is unknowable."

      "On cède à l'amour (ou on s'abandonne à l'amour) parce qu'il nous donne une idée de l'inconnaissable."

      Supprimer
  3. Moi, j'ai vu Fatal Bazooka. J'ai bien aimé ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas vu non plus. Mais je connais des chansons.

      Supprimer
    2. Cédric n'a vu aucun des films qui passent sur son blog. C'est un terrible manque de professionnalisme.

      Supprimer
    3. Vous savez, les films, c'est souvent pas très folichon.

      Supprimer
    4. "Cédric n'a vu aucun des films qui passent sur son blog. C'est un terrible manque de professionnalisme."
      ---------------------------------------
      Alors que vous, vous pouvez nous parler en long, en large et en travers du dernier film que vous avez visionné, intitulé : "Entre tes cuisses ça sent le pâté".

      Supprimer
    5. Il y a de bons films mais il faut les voir en VO parce que la traduction est souvent décevante. Aukazou nous en donne un bon exemple avec ce film que je n'ai pas vu mais qui devait probablement avoir plus de tenue dans sa version originale espagnole.

      Supprimer
    6. On ne saurait mieux dire en effet.

      "Ponte la capucha !" a également bien plus de style que la version traduite.

      https://www.youtube.com/watch?v=sY_PesH6RcQ

      Supprimer
    7. Eh ben non, Chocapic, ce titre n'est pas une invention de mon cru. Vous savez bien que je manque cruellement d'imagination. Il était à l'affiche d'un cinéma de St Lazare devant lequel je passais à chaque fois que je sortais de la gare. Non loin de la brasserie Mollard où, comme chacun sait, on mange des huîtres. Ce genre de détail, absolument sordide,ne s'invente pas ! Ni le pâté, ni les huîtres, ni Mollard...

      Supprimer
    8. La brasserie Mollard ?... Faut avoir confiance non, pour y commander qqchose ?

      Supprimer
  4. "Je vis pour laisser une chance à l'insoupçonné d'avoir lieu"
    dommage que cette phrase n'eut pas plus de bons commentaires, elle recel pourtant une bien belle et vrai disposition de notre esprit à saisir le centre de "la" question Shakespearienne :" Etre, ou ne pas être : telle est la question. Y a-t-il pour l’âme plus de noblesse à endurer les coups et les revers d’une injurieuse fortune, ou à s'armer contre elle pour mettre
    frein à une marée de douleurs ? Mourir... dormir, c’est tout ;... Calmer enfin, dit-on, dans le sommeil les affreux battements du cœur ; quelle conclusion des maux héréditaires serait plus dévotement souhaitée ? Mourir... dormir, dormir ! Rêver peut-être...

    RépondreSupprimer