30/04/2014

5283

Mes mots se gravent dans l'air, respirez et vous me lisez.

5282

Je n'ai pas écrit mon dernier mot ; ai-je seulement écrit le premier ?

5281

Dialogue dans ma tête.

- Qui es-tu Cédric ?
- Non, Toi, qui es-tu ? Et puis que fais-tu dans ma tête !

5280

Dialogue dans ma tête.

- Qui suis-je, Cédric ?
- Tu es une phrase dans ma tête.
- Toi aussi !
- C'est pas faux.

5279

Dialogue dans ma tête.

- Je suis la voix dans ta tête, Cédric, tu pourras jamais me déloger, et j'dis c'que j'veux !
- Dis ce que tu veux, je m'en fous.

5278

Dialogue dans ma tête.

- T'es con.
- T'es con.

5277

Dialogue dans ma tête.

- T'es un Dieu.
- T'es con.

29/04/2014

5276

- Cédric, va te faire voir.
- Pas envie.

5275

Les incultes ont des pensées sauvages.

5274

Les pensées, ça se cultive.

5273

Tous les objets cosmiques sont majestueux, et vous en êtes tous un !

Song


5272

:-)

28/04/2014

5271

Je plonge dans l'inconnu de toutes ces pensées neuves qu'accueillera mon esprit d'ici jusqu'à sa mort.

5270

Je me baigne dans le mystère de ce qu'il me reste à penser.

5269

Les mots que j'écris, je ne m'y attache pas, ce qui fait que quand on attaque des mots que j'ai pu écrire, je ne me sens pas attaqué. Je vois des mots s'attaquer à des mots. Mais l'être humain que je suis n'en souffre pas, il n'y est pas identifié.

5268

Je ne tiens pas à la vie, je suis la vie.
Je ne suis pas attaché à la vie, je suis la vie.
Je ne suis pas dépendant de la vie, je suis la vie.
Je ne suis pas détaché de la vie, je suis la vie.

5267

Quand je censure, ça n'est pas un être humain, mais un commentaire, des mots, des propos que je censure.

De ce blog, je ne bannirai jamais personne.

27/04/2014

5266

Même si tout a déjà été dit avant moi, c'est pas une raison pour ne pas ouvrir ma gueule.

Et puisqu'en ne l'ouvrant pas, il est certain qu'il n'en sortirait rien d'original, autant l'ouvrir, on ne sait jamais.

5265

Tuez-moi.

5264

Cédric tue Lin-tsi.

Intermède n°3 : Quelques mots de Lin-tsi

« Gardez-vous seulement de vous laisser égarer par les autres. Tout ce que vous rencontrez au-dehors, comme au-dedans de vous-mêmes, tuez-le. Si vous rencontrez le Bouddha, tuez le Bouddha ! Si vous rencontrez un Maître, tuez le Maître !... C'est là le moyen de vous délivrer, d'échapper à l'esclavage ; c'est là l'évasion, c'est là l'indépendance. 

Je vous le dis : il n'y a pas de Bouddhas, il n'y a pas de Dharma, point de discipline à cultiver, point de fruit à en attendre. Que cherchez-vous donc auprès d'autrui ? Aveugles, qu'est-ce qui vous manque donc ? C'est vous-mêmes qui ne différez en rien du Bouddha et des patriarches ! Mais vous n'avez pas confiance, et vous allez chercher au-dehors.

Tout ce qu'il vous faut, c'est vous comporter le plus ordinairement du monde. Adeptes, il n'y a pas de travail à faire dans le bouddhisme ; le tout est de se tenir dans l'ordinaire, et sans affaires : chier et pisser, se vêtir et manger. Quand vient la fatigue, je dors ; le sot se rit de moi, le sage me connaît... Soyez votre propre maître, où que vous soyez, et sur-le-champ vous serez vrais. Les objets qui viennent à vous ne pourront vous égarer. »

Mots trouvés ici et ici où on peut en lire d'autres.

5263

L'insatisfaction n'est pas pour moi une insatisfaction.
Je ne suis jamais insatisfait d'être insatisfait.

Ma vie n'a pas à être autre que ce qu'elle est.

5262

Nos ancêtres sont les étoiles.

5261

J'exprimerai toujours ce que j'ai dans le cœur, personne ne me fera taire.

La seule façon de me faire taire, ce sera de me tuer.

5260

Le saviez-vous ?

Le nombre maximum de participants à une réunion des Asociaux Anonymes est fixé à 1.

5259

Je suis une parcelle d'Univers, je vaux pas moins qu'une étoile.

Intermède n°2

J'ai envie de partager « à la une » du blog deux commentaires laissés sous la phrase 5255, celui de « Disciple Voyante » ainsi que ma réponse. J'ai envie de les mettre en exergue car ses mots sont intéressants, bien écrits et puis ils illustrent parfaitement ce qui se passe ici depuis quelques jours.

J'ai simplement corrigé deux coquilles dans son commentaire (rajouté un ^ à « dû » et un c à « Occident ») ainsi que dans le mien.

Et peu importe qu'il s'agisse d'Aukazou ou pas (c'est la valse des pseudos dans tous les sens en ce moment sur le blog, à ne plus rien y comprendre ;-) ) ce qui prime ici est ce qui est écrit davantage que qui l'a écrit :

«  Disciple Voyante 27/04/2014 05:03

« Dans ce "enfin" je vois comme une satisfaction... C'est votre but ? Exister en troublant l'esprit des autres ? Moi, je ne vois rien de beau là-dedans. »

Vous vous adressez à Claude, ou à ce faux Claude, qu'importe, mais voilà que vous m'offrez l'opportunité de faire mon propre coming-out "méphistophélique", et que j'aurais dû faire il y a belle heurette déjà.

Vous avez encore une fois raison, Maître, vous êtes aussi incollable qu'impayable. J'éprouve une satisfaction "malsaine", quasi "diabolique" - oui, c'est bien mon but, dont vous ne fûtes jamais dupe -, satisfaction dis-je à vous titillâter, à vous mettre en boule, à faire resurgir la vraie nature qui se cache derrière vos masques de fausse impavidité et de cool de façade, à vous indiquer le miroir d'où vous pouvez admirer le spectacle bouffon et ridicule que vous offrez à vos lecteurs/trices en vous prétendant sans prétention quand tous voient bien ici que vous crevez d'un orgueil pervers et dissimulé sous des airs de détachement bidon.

 « Exister en troublant l'esprit des autres ? » C'est bien mon but, mais pas tant les troubler comme les éveiller, parce que voyez-vous, c'est ma nature d'une part qui le veut ainsi, et que d'autre part je me suis (moi, pas une pensée non pensée !) donné pour mission de déboulonner toutes les idoles, j'allais dire les fausses idoles, ce qui eût été tautologique, pour faire mordre la poussière dans une ultime grimace aux ignorants qui se juchent d'eux-mêmes sur les piédestaux d'emprunt de la Connaissance. Quelle prétention ! Attention à la glisse ! À bas les Maîtres d'importation et leurs imitateurs et simulateurs en singeries spirituelles. D'Orient en Occident nous ferons le ménage jusqu'à ce que ça brille, jusqu'à l'os de l'os. Nous n'en sommes plus là, Monsieur, à vos sales illusions, Babel a bien progressé depuis que vous avez débuté vos leçons et vos apprentissages ès Néant. Les choses sont, elles existent vraiment, beaucoup plus que vous ne pouvez l'imaginer, et pas que des mots, ouvrez les yeux, Monsieur, et vous verrez que la réalité dépasse tous les mirages avec lesquels vous cherchez vainement à la (dé)parer. Ce n'est pas beau, n'est-ce pas ? si c'est beau et noble, on ne me paye pas pour tailler de la dentelle, mais pour détricoter les tissus grossiers de fausse bure dans lesquels vous et vos semblables vous drapez pour mieux vous dorloter dans la facilité et le gnangnan pseudo-anti-pro-tout internautique, ou est-ce le contraire...internautique, en tout cas, le gnangnan, et vous bien calés devant le miroir aux alouettes de vos écrans.

Ceci dit, continuez à exécuter vos jongleries phraséologiques et vos entourloupettes en tout genre pour le loisir de vos chers lecteurs/trices, qui eux/elles aussi, bien souvent, dénoncent Internet et le monde de l'illusion en général tout en s'y gavant des heures durant comme des alcooliques hypocrites qui font mine de détester les spiritueux tout en s'y abrutissant à qui mieux mieux, jusqu'à ne plus savoir même qu'ils sont ivres à mourir. Eh bien, qu'ils crèvent devant leur écran s'ils n'osent plus vivre au grand air et sans la cotte de maille pixélique qui les rend soi-disant blindés et invulnérables. Moi aussi je suis SuperWoman, à l'ombre de ma caverne informatique privée.

L'été vient mes ami(e)s, l'été vient, il n'est plus l'heure des faux soleils et des astres de pacotille !

Disciple Voyante. »

« Cédric 27/04/2014 10:30

Là, à mon sens, il s'agit d'Aukazou, c'est clair vous écrivez toujours aussi bien.

Vous vous êtes donné une mission ? grand bien vous fasse.

Moi, je ne m'en suis donné aucune. Je ne suis pas ici (sur Terre en général, pas que sur Internet) pour troubler l'esprit des autres, je me contente de laisser s'exprimer le mien. De toute façon, les esprits qui doivent se troubler de ce que j'exprime, s'en troubleront, sans que j'aie besoin de m'en faire une mission.

Je ne me donne donc pas non plus la mission de vous transformer, Aukazou (Disciple Voyante si vous préférez), vous agissez comme vous agissez, vous écrivez ce que vous écrivez, et moi c'est pareil : j'agis comme j'agis et j'écris ce que j'écris sans chercher à transformer qui que ce soit.

Vous pensez que mon impavidité est fausse ? Libre à vous. Je sais ce que je suis et ce que je ne suis pas, je n'ai pas besoin de ce que pensent les autres de moi pour savoir ce que je suis.

Dans ce que vous exprimez, des idées me plaisent :

"À bas les Maîtres d'importation et leurs imitateurs et simulateurs en singeries spirituelles."

Ça me plait ce que vous dites là. Mais en faire une mission ne fait, à mon sens, que jouer le jeu de ces "fausses idoles", que donner du crédit à ces "maîtres d'importation et leurs imitateurs et simulateurs".

J'aime que vous cherchiez à me titiller, que vous essayiez de me mettre en boule, car le premier dont je scrute les pensées, les actes, les émotions et les humeurs, c'est moi-même.

Je "crève d'orgueil pervers" selon vous, alors oui, il est sain que vous cherchiez à en avoir le cœur net, que vous cherchiez à savoir ce que j'ai réellement dans le cœur.

Notre humanité ne réside-t-elle pas là : dans nos cœurs ? L'essentiel n'est-il pas ce que nous avons dans nos cœurs ?

Vous ne devez pas me croire sur parole, mais je vous le dis : mon cœur ne vous veut que du bien, comme à tous les commentateurs qui commentent ici.

Mon cœur est-il un faux soleil ou un astre de pacotille ? À vous de juger. »

26/04/2014

5258

Je n'ai pas d'ennemis, je n'ai que des amis qui se trompent de cible.

5257

L'esprit, cet océan de mots et d'images dont les pensées sont les vagues.

5256

Ce que j'ai à écrire ne viendra jamais de personne d'autre que moi.

5255

Je n'attends pas des autres des mots qui ne peuvent venir que de moi.

5254

- Cédric, te lire m'emmerde, tu écris toujours la même chose.
- Alors arrête de venir ici et écris toi-même ce que tu as envie de lire.

5253

À ceux qui ne sont pas satisfaits de ce que j'écris, je réponds : moi, je le suis.

5252

- Cédric, je me pose des questions sur le sens de la vie, sur le pourquoi je suis ici, qu'est-ce qu'on fait sur cette Terre ? Pourquoi on est ici ? Qui m'a créé ? Pourquoi j'existe ? C'est quoi la vie ?
- Que tu te les poses ou pas, que tu y répondes ou pas, la vie ne sera jamais autre chose que ce qu'elle est.
- Mais j'ai plein de questions dans la tête, j'en fais quoi ?
- Que tu en fasses quelque chose ou pas, ça change rien. Les mots, les réflexions, les questions, les réponses qui se trouvent dans nos têtes d'êtres humains ne changeront jamais rien à ce qu'est fondamentalement la vie.

25/04/2014

Interlude n°3 : Quelques mots d'Harry Dean Stanton




( Traduction dans les commentaires si nécessaire. )

5251

- C'est quoi ce blog, Cédric ?
- Des mots, des êtres humains et des mots.

5250

Je n'écris que pour ceux qui ont envie de me lire.

Ceux qui n'en ont pas envie ne doivent pas se sentir obligés de revenir.

5249

Certains ne viennent ici que pour me haïr, que pour médire, ils n'ont probablement rien d'autre à faire.

5248

Certains ne comprennent rien à ce que j'écris et ont l'air de me le reprocher.

C'est comme reprocher à un puzzle d'être compliqué, à quoi ça sert ?

5247

Je n'ai pas peur de me montrer ici tel que je suis, ce blog n'est pas une façade, ce qui ne concerne que moi, je l'expose ici sans problème, il est simplement des choses qui ne concernent pas que moi et dont je ne veux pas parler, ne voulant impliquer ici personne d'autre que moi.

5246

Libre à chacun de penser ce qu'il veut de moi, libre à chacun de penser que je suis un escroc, un manipulateur, un faux-cul, un fourbe, un trompeur, un faux, un sournois, un cafard, un imposteur, etc.

Vous pensez ce que vous voulez, ça ne concerne que votre cerveau à vous ; moi, je sais ce que je suis et ce que je ne suis pas.

24/04/2014

5245

Je joue avec les mots, pas avec les êtres.

5244

La femme éprise qui sera dans mes bras épris, sera aussi dans mon cœur, dans ma tête, dans mes tripes, dans mon sexe, partout dans le corps et l'esprit.

La femme éprise qui sera dans mes bras épris sera la femme de ma vie.

Existe-t-elle ? Je ne sais pas ; en tout cas pour l'heure, elle n'y est pas.

23/04/2014

5243

Tout me traverse, me transperce, me franchit, me parcourt, me sillonne, me chemine.

Moi, je ne bouge pas.

Quelle que soit ma vitesse, je suis immobile.

5242

Tout se trouve dans cette phrase-ci, même vous.

5241

Ne vous cherchez pas dans cette phrase, vous n'y êtes pas.

5240

Un maître, c'est trop petit. Je suis un double maître.
Au reste, vous ne trouverez nulle part ailleurs un maître plus double que moi.

5239

Je ne suis pas un maître.

5238

- Il est grand le mystère de la foi.
- La foi n'est pas un mystère. Le plus grand des mystères, c'est de ne croire en rien et de voir la vie exploser en soi, rayonner sans but, sans Dieu, sans rites, sans messes, sans mots.

22/04/2014

5237

- Je doute de tout.
- Doutes-tu de douter de tout ?

5236

Toutes les décisions, ainsi que toutes les pensées, jaillissent d'un espace sans nom qui n'appartient à personne, le « moi » ne se les approprie toujours qu'a posteriori.

« C'est moi qui ai décidé ça. » est une pensée ne surgissant qu'après la décision.

5235

Longtemps, j'ai pensé que ma liberté était entre mes mains, qu'il ne pouvait y avoir liberté qu'en ma possession ; un jour, il y eut décision de la libérer.

En la libérant, je suis devenu libre.

La libération de la liberté détruisit toutes les prisons.

5234

L'oubli n'existe plus.

Il n'existe plus que des rappels, des pensées, des souvenirs, des images, des jaillissements, le tout baigné de silence.

21/04/2014

5233

Holorime.

L'ami noir, sang blanc, cou vert, âme aigrie, morose.

Laminoir semblant couvert amaigrit mots roses.

5232

L'or loge dans l'éternité de l'instant.

5231

Ultraprocrastinateur : individu remettant chaque jour sa procrastination au lendemain.

20/04/2014

5230

Oser s'embraser.

Laisser le feu intérieur me consumer, ne pas jouer à être mon propre sauveur, me laisser brûler.

5229

Le temps n'a jamais existé, Proust peut encore le chercher longtemps.

5228

Le présent est immobile, l'esprit invente le futur, le passé, le temps et sa vitesse.

5227

Tout art, toute forme d'art (musique, littérature, peinture, photographie, sculpture, mode,...) n'est qu'un passe-temps.

5226

Je ne fais aucune différence fondamentale entre un « loisir » et un « art ».

Ce ne sont que des mots et des jugements, différents seulement dans la forme, posés par le mental sur des objets, des actes, des postures, des personnalités, des lubies, des obsessions...

5225

Je n'ai aucune admiration pour aucun artiste, qu'il se dise ou non artiste, qu'il soit considéré ou non comme un artiste, je n'en ai pas davantage pour les « non-artistes » et leurs loisirs.

5224

L'art ? Je n'y crois pas.

5223

Je n'écris pas seulement ce que j'ai à écrire, j'écris aussi tout ce que j'ai à taire.

19/04/2014

5222

Le flambeau est dans ma tête.
Inaccessible.
Personne ne le reprendra jamais.
Si je ne le tue pas avant, ce blog mourra avec moi.

Intermède

Je viens de tomber là-dessus :

 " –« Ne croyez pas quelque chose parce qu’elle vous a été simplement transmise par une tradition. Ne croyez pas quelque chose simplement parce que vous pouvez la trouver dans des écrits. » Quelques fois, dans des livres il peut y avoir des choses correctes ou fausses, comment le savoir ? Ne croyez pas aveuglément ce qu’un maître spirituel, votre guru, vous enseigne, parce que lui aussi peut faire des erreurs de temps en temps. Ne croyez pas non plus parce que vous entendez ici ou là par la rumeur. Et, même ce que j’enseigne, ne le croyez pas. Quoique vous entendiez, testez-le, essayez de l’expérimenter. Lorsque vous le testez, que vous l’expérimentez et que vous vous apercevez que cela est bénéfique, alors vous comprenez que cela est bon pour vous. » Ceci est la manière d’enseigner de Bouddha. "

Extrait de ce site : http://www.buddhaline.net/Qui-est-Bouddha

En fait, je suis un Bouddha qui s'ignorait ! (comme dirait Simone)

J'ai écrit ce « Ne me croyez pas » en ignorant que Bouddha avait dit cela avant moi et c'est maintenant que je le découvre ! Mais évidemment, je ne suis pas un copieur, c'est Bouddha qui m'a copié, il a copié l'idée que j'allais avoir, le salaud !

5221

Je ne veux pas d'enfants et n'en aurai jamais, mais c'est personnel, je ne dirai jamais à qui que ce soit : « Ne faites pas d'enfants ». De quel droit imposerais-je aux autres ma façon de voir les choses ?

18/04/2014

5220

Où en est l'humanité ? Des milliards d'hommes ont vécu avant moi, combien d'hommes doivent-ils encore naître ?

A-t-on dépassé la moitié ? ou n'en est-on seulement qu'au dixième, qu'au centième, qu'au millième du nombre total d'hommes destinés à vivre sur cette planète ?

Ceux qui vivront après moi seront-ils plus nombreux que ceux qui ont vécu avant moi ?

Quand le dernier homme naîtra-t-il ?

Seul le dernier homme pourra répondre à ces questions que je lui pose.

5219

Grâce à cette phrase, cela fait 948 jours consécutifs sans exception que je publie au moins une phrase par jour sur ce blog.

17/04/2014

5218

N'est grand que celui aux pieds duquel on est couché.

5217

Personne n'est grand à mes yeux, car je ne suis couché aux pieds de personne.

5216

Le corps, débarrassé de tous les systèmes de croyances et de hiérarchie, reste le corps, pleinement et totalement le corps.

5215

Aucun des systèmes présents dans nos têtes n'ajoute quoi que ce soit à la vie que nous sommes, bien au contraire.

5214

Je n'ai que ce que je suis.
C'est-à-dire tout : la vie.

5213

La vie me possède.

5212

Chaque être humain, aussi souffrant ou désespéré soit-il, est possédé par la vie.

5211

L'inconfort de ne pas aimer ou de haïr quelqu'un n'est jamais qu'en soi-même.

16/04/2014

5210

Le présent est un cadeau qui nous est sans cesse repris.

5209

Je lis les mots des autres comme je veux.

5208

Ne pas aimer quelqu'un, c'est lui faire bien trop d'honneur.

5207

Entre le premier et le dernier Homme, quelques millions d'années.

5206

Le premier Homme Marcha, le dernier Homme Volera.

5205

Exposer ses larmes au ciel.
Sourire de les lui montrer.
Croiser quelques regards complices.
Marcher. Comme le premier.

Le premier Homme Marcha.

5204

La poésie écrit pieds nus, à mains nues, le cerveau et le cœur à nu.

La poésie n'a peur ni de prendre froid ni de se blesser.

La poésie ne craint rien, la poésie se moque de la peur.

15/04/2014

5203

La poésie n'est qu'un hobby.

5202

La méditation n'est qu'un passe-temps.

5201

La philosophie n'est qu'un hobby.

5200

L'autre est un miroir, il nous renvoie tout, de l'amour à la haine.

5199

Je laisse ma vie s'occuper d'elle-même, peu m'importe la direction qu'elle prend, je la laisse faire, je ne cherche pas à la contrôler.

5198

Je vous aime autant que vous êtes d'autant de façons différentes, il n'existe pas deux êtres sur Terre que mon cœur aime de la même manière.

Le cœur n'a ni limitations ni manque d'imagination pour aimer chaque être d'une unique façon.

Les limites imposées à l'amour sont dans la tête, pas dans le cœur.

14/04/2014

5197

Des mots, toujours des mots, qu'on dit, lit, écrit, pense.
Ici et ailleurs.

Mouvement perpétuel des mots.

Je vous aime.

5196

« C'est impossible, je ne pourrai jamais y arriver, je ne comprendrai jamais » et « C'est possible, je peux y arriver, je vais comprendre ».

Ces deux pensées n'ont, à mon sens, autant l'une que l'autre, pas lieu d'être.

5195

Ni optimiste ni pessimiste, ni « c'est possible » ni « c'est impossible ».

5194

C'est celui qui veut avoir le dernier mot qui dit à l'autre : « je vous laisse avoir le dernier mot puisque vous avez l'air de tant y tenir. »

5193

- Cédric, tu fais quoi dans la vie ?
- Je lui fais l'amour.

13/04/2014

5192

Je ne sais pas si la vérité est accessible ou pas, mais si elle est accessible, j'y accéderai.

5191

Je ne suis en compétition avec personne. Le langage n'est pas une compétition. J'écris ce que je pense, que vous soyez d'accord ou pas avec ce que j'exprime, ça revient strictement au même pour moi.

5190

Je n'attends de personne un acquiescement à mes mots, je n'attends pas qu'on me dise : « c'est exact » ou « c'est inexact » ; je pense ce que je pense, j'écris ce que j'écris, ça s'arrête là, je n'attends ni applaudissements ni désapprobations.

Interlude n°2 : Quelques mots d'UG Krishnamurti

5189

Au plus vous êtes détaché de moi, au plus je vous aime.

5188

La vie est dans les tripes, le cœur, le crâne, le sexe ; la mort n'est que dans la tête.

12/04/2014

5187

Je n'ai pas de temps à perdre à en gagner.

5186

Des mots sans tête ni queue pour ceux qui veulent les poursuivre comme on chasse. Des mots sans sens pour ceux qui veulent les comprendre, les prendre, les avoir pour eux ; poursuivre la signification, c'est rater la vérité.

Vouloir comprendre, c'est être sûr d'échouer.

5185

Aphorismes et aphaiblismes sont les systoles et diastoles des battements de la vérité.

5184

Le présent est le futur le plus proche du passé.

5183

Quand j'ai envie de dire non, je dis non, je dis oui au non que j'accueille.

11/04/2014

5182

La conscience « moi » n'est qu'un surgeon de la conscience collective.

5181

L'humanité est un des stylos jetables de l'Univers.

5180

Avez-vous vous aussi cette impression de vivre de façon hachée, saccadée, les instants déconnectés les uns des autres, sans continuité, sans que la pensée ne les relie tous pour en faire une histoire ?

5179

Le soir venu, je ne me dis jamais "Quelle fut ma journée ? voyons ce que j'ai fait aujourd'hui ? ai-je passé une bonne journée ? " je ne me remémore jamais le fil de ma journée, je n'ai pas l'impression qu'il y en ait un.

Le fil de ma journée est découpé en mille morceaux, déconnectés les uns des autres. Il n'y a pas d'histoire.

5178

Je n'ai aucun désir d'entrer dans quelque cercle que ce soit, je n'ai pas besoin de limites et puis je n'aime pas être encerclé.

5177

Ma vie est à l'image des phrases de ce blog : sans continuité.
Je vis de façon discontinue, je ne vis que des moments, des situations non reliées entre elles.
Ce qui s'est passé hier est aussi loin que ce qui s'est passé il y a dix ans.

Ma vie n'est pas une histoire.

5176

Ma vie est une suite d'aphorismes.

10/04/2014

5175

La réalité est ce qu'elle est, quoi qu'on en pense, quoi qu'on en dise, quoi qu'on veuille qu'elle soit.

5174

La réalité se fout de ce que nous en disons.

5173

L'obsession du mieux a pour corollaire l'insatisfaction perpétuelle.

5172

Les seules expériences qui puissent être vraies sont celles que je vis ; celles décrites oralement par des « sages », des « illuminés » ou des « éveillés » ou qui sont narrées dans des livres saints ou ésotériques, dans des biographies ou des recueils de poésie, ne sont que des mots.

Je ne peux accorder de véritable crédit qu'à ce que je vis.

5171

Le récit d'une expérience n'est pas l'expérience.
Aucune expérience n'est transmissible.

5170

Le ? est un ! qui vieillit et dont le dos se courbe.

5169

Je me livre pour que vous me montriez la crasse qu'il y a en moi.

5168

Le ? est un ! dégonflé.

5167

Quelle douleur !
Quelle douleur ?

Laisser le ! se dégonfler...

09/04/2014

5166

Dans la vie on ne fait pas de choix, on fait de son mieux.

5165

La vie est une route à sens unique qui finit en impasse.

5164

Je n'ai qu'une parole, la mienne.

08/04/2014

5163

Chacun d'entre nous est un phénomène transitoire mystérieusement apparu sur cette Terre et actif le temps de quelques dizaines de révolutions autour d'une grosse boule de feu.

5162

Je suis égoïste, je ne pense qu'à ma gueule, je ne pense que par mon cerveau.

5161

Ce que j'écris combiné à la façon dont je l'écris, vous pouvez chercher, vous ne le trouverez nulle part ailleurs.

5160

Je n'écris pas pour copier ou imiter ce qui a déjà été écrit, les autres s'en occupent.

5159

Ce blog est une pépite qui pèse 35 tonnes.

5158

Je ne m'identifie pas à toutes ces phrases que j'écris, vous pouvez toutes les contester, leur cracher dessus, ou leur vouer un culte, vous pouvez en penser ce que vous voulez, qu'on soit d'accord ou pas avec elles, pour moi ça revient au même.

5157

J'ai ouvert ce blog pour déployer ce que j'ai à écrire, je n'ai aucun autre but.

5156

- Cédric, tu dis tout le temps la même chose !
- Et toi, tu dis tout le temps : « tu dis tout le temps la même chose ! » Pourquoi écouterais-je quelqu'un qui fait ce qu'il me reproche ?

5155

De l'art d'avoir toujours raison :

Quand c'est l'autre qui a raison, lui dire « tu as raison », c'est avoir raison.

07/04/2014

5154

La douleur est une sensation, y rester, ne pas la fuir.

5153

Apprendre, c'est quelques fois désapprendre une erreur.

5152

Penser à moi n'est qu'une autre façon de penser à vous.

5151

Vous ne pourrez jamais vous fuir, vous évader, vous oublier, en lisant ces phrases.

5150

Si vous voulez une vie tranquille, ne reposez plus les yeux sur ce blog.

5149

Toutes les situations sont bizarres.
Chaque instant est bizarre.

Être vivant est bizarre.

06/04/2014

5148

À quand une monumentale statue érigée en mon honneur ?

5147

Ça fait quoi d'assister à la naissance d'un prophète ? à la naissance du prophète Cédric ?

Ça fait quoi de lire chaque jour l'évangile de Cédric selon saint Cédric en train de s'écrire ?

5146

Je n'aime pas toutes les pensées que j'ai accueillies ni tous les actes que j'ai posés, mais j'aime ce que je suis fondamentalement, autant que j'aime l'autre.

5145

J'aime tout le monde, mais je n'aime pas toutes les pensées ni tous les actes de tout le monde.

5144

On aimerait quelqu'un pour quelque chose ? ou quelque chose pour une raison ? Balivernes ! cet amour-là n'est pas de l'amour. L'amour véritable ne peut être que gratuit ; aimer gratuitement, c'est aimer pour rien, c'est aimer parce qu'on aime.

05/04/2014

5143

L'amour vrai est celui qui aime gratuitement, sans but, sans calculs, sans attentes, sans recherche, sans pression, qui n'attend pas même d'amour en retour, l'amour vrai aime parce qu'il aime et pour aucune autre raison.

5142

N'essayez pas de comprendre cette phrase.

5141

Dieu n'a pas de couilles, il n'ose pas se montrer.

5140

Je vois des mains occupées à pianoter ces mots sur un clavier, à qui sont-elles ?

04/04/2014

5139

Dieu n'a pas de cerveau.

5138

J'avoue sans mal mes douleurs et faiblesses, je préfère être vraiment faible que faussement fort.

5137

Penser la perfection ou l'imperfection du monde ne change rien au monde tel qu'il est.

5136

Tout ce qui m'importe, c'est le monde tel qu'il est.

5135

Voici l'attitude parfaite : ne pas faire de ses imperfections une imperfection.

5134

Je vous aime non parce que j'ai besoin de vous, mais je vous aime parce que je vous aime.

03/04/2014

5133

On peut penser à l'infini la vie, mais la pensée ne sera jamais la vie.

5132

Personne ne pense rien, il y a juste des pensées produites mystérieusement dans les têtes ; le "penseur" vient toujours après la pensée, et il se l'accapare, se l'attribue, s'en fait le créateur et le propriétaire.

En réalité, le penseur n'est lui-même qu'une pensée.

5131

Peu m'importe que tout ait déjà été dit, écrit, pensé, ou pas ; tout ce qui m'importe c'est de dire, d'écrire, de penser, sans imiter personne.

5130

- À quoi ça sert d'écrire ?
- Et ta question à quoi elle sert ?

02/04/2014

5129

Le temps n'existe pas, il n'existe que des déplacements et la mémoire provisoire de quelques-uns de ces déplacements.

Déplacements de la Terre autour du soleil, de la Terre autour de son axe, des aiguilles d'une montre, déplacements du stylo sur la feuille, du curseur sur l'écran, des yeux sur les mots, des neurotransmetteurs dans le cerveau, déplacement du corps dans la maison, dans la rue, dans la ville, à la surface du globe, déplacements du sang dans les veines, des cellules dans le corps, des cordes vocales, des tympans, de l'air dans les poumons, déplacements des doigts, des mains, de la langue, de la tête, la vie est une longue suite de déplacements, et même à la mort, sans plus aucune mémoire, les atomes de nos corps seront recyclés et continueront leurs déplacements.

5128

Le temps n'existe que par la pensée, le temps est une pensée, une création du mental.

5127

Le temps n'existe que pour celui qui y pense.

5126

La tranquillité, c'est le dépouillement.

La tranquillité ne vient pas après avoir accédé à quelque chose, la tranquillité vient quand le besoin d'accéder à quelque chose s'est évaporé.

La tranquillité ne vient pas quand je suis enfin vu de l'autre tel que j'ai envie qu'il me voit, la tranquillité vient quand le besoin du regard de l'autre a disparu.

5125

Je laisse les questions naître en ce que je suis, sans leur chercher de réponses.

01/04/2014

5124

Je me fous de connaître mon futur. Je me fous de savoir ce qu'il y a après la mort.

C'est maintenant que je vis ce qui se passe. Quand je mourrai je vivrai ce qu'est la mort, je me fous d'imaginer, de prévoir, d'anticiper ce que cela sera, je vivrai ce que je vivrai quand je le vivrai.

Quoi qu'il se passera pour moi, je vais le vivre, je me fous de le rêver ou de l'imaginer à l'avance.

5123

Les deux pieds au sol, une étoile dans chaque main, je pisse ce que je pense.

5122

Personne ne sera jamais prêt pour accueillir l'inconnu.

Impossible de se préparer à vivre ce qu'on ne connait pas.