04/02/2014

4810

Pourquoi parler de feuilles mortes, alors qu'elles n'ont jamais autant voyagé, volé, dansé de toute leur vie ?

9 commentaires:

  1. pesanteur de la sève.

    RépondreSupprimer
  2. Très juste et très poétique.

    RépondreSupprimer
  3. Tu es pesant, ... avant de parler des "choses" ou, même de la "CHOSE", il faudrait l'avoir éprouvée...
    Je est tu, des fois, pas toujours...

    Ta Velvet Chérie ;-) Je serais plus pour l’apesanteur que... la pesanteur

    On va donc faire AVEC- qui c'est celui ou celle là !

    Bonne soirée et un collier de "JE T'aime" Tu imagines?

    A+, je suis mandée...

    Velvet :-)
    !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme souvent, je ne comprends pas tout, mais merci pour le collier de "je t'aime". :-)

      Supprimer
  4. Les feuilles mortes ont la grâce des êtres qui s'ignorent, sans affectation, ni conscience, comme les marionnettes de Kleist,
    Bien à vous, et merci pour cette très jolie pensée qui virevolte,
    Catherine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai failli l'utiliser, le verbe "virevolter".

      Supprimer
  5. des fois, vous et moi, on est "pareils"
    catherine

    RépondreSupprimer
  6. Peut-être que ce qualificatif de "mortes" ne fait que dire qu'en dehors de ce que l'on est censé faire, point de salut. Une feuille est censée être attachée à un arbre... Version humaine de l'analyse. L'analyse des mots fait penser, fait parler, fait sens humain aussi. Bref, une feuille morte n'est plus irriguée de sève, mais elle vit encore, la feuille morte est-elle une allégorie du souvenir ? Belle question non ? (sourire)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On pourrait les appeler : les feuilles détachées...

      Supprimer