03/02/2014

4806

S'agacer de sa douleur, c'est doubler le mal.

4 commentaires:

  1. On ne fait qu'un avec sa douleur

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Si on ne fait qu'un avec sa douleur, si elle disparait, on disparait avec elle, non ?

      Et si elle disparait, et qu'on disparait avec elle, que reste-t-il ?

      Bienvenue ici Tess.

      Supprimer
  2. On meurt avec elle, d'un tout d'un coup et il reste l'absence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si l'absence est quelque chose, alors elle est une présence...

      Supprimer