21/01/2014

4747

Je ne peux ni arrêter ni ralentir ni accélérer ce que je suis.
La vitesse de ce que je suis n'est pas entre mes mains.
Je ne me conduis pas.

4 commentaires:

  1. En fait nous avons très peu de contrôle sur nous-mêmes. Ce n'est pas nous qui décidons de naître et encore moins de mourir. Ce n'est pas nous qui décidons de penser, de respirer, ce n'est pas nous qui décidons de la bonne marche de ce corps à la chimie délicate. Beaucoup de choses se font à notre insu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui.

      Je dirais même aucun contrôle.

      Car même le "contrôle" qu'on pense avoir sur soi, on ne le contrôle pas, on ne le choisit pas, on ne fait que le constater, le découvrir, l'observer. On se dit "tiens, ça, j'arrive à le contrôler" mais on ne le crée pas, ce contrôle...

      Supprimer
  2. Oui, tout à fait.Quand l'égo cesse de bander le torse, les choses apparaissent crûment pour notre plus grand bien.

    RépondreSupprimer