19/01/2014

4733

Je ne crois pas en cette idée que quelqu'un puisse aider quelqu'un d'autre à se libérer de ses illusions.

16 commentaires:

  1. Peut-être ne crois-tu simplement pas que quelqu'un puisse aider quelqu'un d'autre tout court...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si, évidemment.

      Je ne parlais ici que de cette "aide" prétendument transmise par un "maître" au niveau "spirituel" ou de "développement personnel".

      Personne ne peut aider quelqu'un à se connaître lui-même, c'est tout ce que je voulais dire. :-)

      Supprimer
  2. L'inconvénient des phrases courtes c'est qu'elles tendent parfois à simplifier les idées au détriment de leur riche complexité. En parlant de "quelqu'un", que tu précises ensuite comme étant "maître", il y a cette simplification. Car "quelqu'un" au sens général peut aider l'autre à se connaître lui-même, parce que cet autre peut trouver matière à penser, à ressentir, dans ce qu'il perçoit de "quelqu'un". Ce "quelqu'un" pouvant d'ailleurs être un "maître", pour peu que celui-ci ait la sagesse de ne rien imposer de son savoir, réel ou supposé.

    C'est du moins ainsi que je vois les choses :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun voit les choses tels qu'ils les voient... ;-)

      Supprimer
    2. On ne trouve "matière à penser" qu'en soi-même, l'autre n'apporte rien, l'autre n'est au mieux qu'un miroir qui renvoie à ce qu'on a déjà en soi...

      Supprimer
    3. Un miroir qui renvoie ce que l'on a en soi ce n'est pas "rien"... Rien ce serait le vide, l'absence d'écho, de reflet. Et dans ce "rien", quelle pensée pourrait-on avoir puisque nul ne viendrait la contredire ou la conforter ? L'autre apporte... l'altérité de son regard. C'est loin d'être "rien"...
      Ce que l'on a en soi n'existe que parce que le regard de l'autre en a permis l'émergence. Sans l'autre on ne serait rien, en termes de conscience.
      Au contraire, je dirais volontiers que sans l'autre on n'est rien. Je ne sais plus qui a dit « Le plus court chemin de soi à soi passe par autrui » et ça me semble assez judicieux...

      Supprimer
    4. Nous sommes tous les miroirs les uns des autres, mais on ne peut donner à personne la possibilité, l'aptitude, la capacité de se voir, de s'observer, de se comprendre.... c'est en cela que je dis qu'il n'y a aucune aide possible.

      Mais c'est vrai, tout le monde est "miroir", ça ne demande aucun effort, c'est universel.

      Un coup d'oeil à google (autre miroir? ;-) ) m'informe que cette citation est attribuée à Louis Lavelle et aussi à Paul Ricoeur. (Mais Lavelle semble l'avoir écrite avant).

      Supprimer
    5. J'étais allé à la même source, pour la citation (attribuée à un autre), et avais donc trouvé la même incertitude ;)

      Supprimer
    6. Les grands esprits... ;-)

      Supprimer
  3. Toute illusion sur un autre est une chance dans le processus de la désillusion mais il n'y est pour rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il n'y est pour rien, personne n'y est pour rien.

      On y est "soi-même" pour rien, dans le "processus de la désillusion", tout se passe en dépit des efforts fournis.

      Supprimer
  4. Seul l'illusionniste fournit des efforts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui.

      Les efforts sont le propre de l'illusion.

      Supprimer
  5. Faire illusion, donner l'illusion, entretenir l'illusion, quelle galère!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement.

      Galère et épuisement.

      Supprimer