30/11/2011

780

L'état amoureux se fane à tous les coups.
Ce brouillard finit par se dissiper dans tous les cas.
Seul l'Amour est permanent car sans cesse renaissant.

779

On n'a jamais réellement Aimé celui/celle qu'on « n'aime plus » !

778

Où meurt un guillotiné ? Dans sa tête ou dans le reste de son corps ?
Ou peut-être en ces deux endroits simultanément ?

777

Le froid est un apaisement des atomes.

776

En hiver, les humains s'habillent doublement histoire de compenser le comportement indécent des arbres qui perdent toute pudeur.

775

Sous la douche, comment distinguer un nudiste d'un non-nudiste ?

774

Pour ceux qui croient que « leurs morts » les regardent vivre de « la haut », leurs actes sexuels, aussi banals soient-ils, ne sont-ils pas toujours teintés d'exhibitionnisme !?!

Et pour ceux qui croient en ce « Dieu » omniprésent et omniscient, quel type de pensées peuvent-ils bien avoir quand ils satisfont un besoin naturel ? « Il me faut rester distingué, Dieu me regarde faire caca ! » ?

773

On n'est jamais caressé de l'intérieur par les mots d'un « autre », ce sont toujours nos propres mots qui nous caressent, l'« autre » n'a fait que les réveiller, les effleurant.

772

Tout est intérieur, l'extérieur ne peut toucher, provoquer, titiller que ce dont on dispose en Soi : haine, amour, tendresse, violence, etc.

771

Notre chemin de vie n'est constitué ni de raccourcis ni de détours, il est unique et insensible aux jugements qu'on lui porte.

29/11/2011

770

Certaines femmes donnent l'impression qu'il faudrait avoir honte d'être de sexe masculin, celles-là ne sont pas moins ridicules que ces hommes qui leur manquent de respect.

769

Le monde est faux, il est une invention.
Le monde est un monde mental, il est une création mentale.

768

Le monde économique est une illusion.
L'argent est une illusion.
Les billets sont tous faux !

767

Je n'ai pas besoin de votre argent.
Je n'y crois pas !

766

La bourse est un jeu vidéo.

765

Chaque être humain est un tas de normes et de conditionnements ambulant.

764

La mort boucle la boucle.
Le présent est la source pure qui se déplace en chaque point de cette boucle.

763

« Ne pas suivre le mouvement. » Pourquoi pas.
Mais si c'est pour suivre le mouvement de ceux qui « ne suivent pas le mouvement » c'est être tout autant un mouton !

762

Aucune culture n'a plus de valeur qu'une autre,
Qu'elle soit celle d'un Maori, d'un Papou, d'un Occidental français, roumain ou sud-coréen, ou celle d'un homme des forêts amazonien.
Qu'elle soit morte, actuelle ou future,
Aucune culture ne vaut davantage qu'une autre.

761

Une culture n'apprend à l'Homme que ce qu'elle est.
C'est-à-dire pas grand-chose.
Il y a bien davantage à apprendre hors de la culture.

28/11/2011

760

Seul le temps révèle la réelle proximité des êtres.

759

Parler pour les autres, c'est rarement parler pour tout le monde.

758

Le réel est un rêve et je n'en ai aucun autre.

757

Elle verra dans mes yeux que je la regarde comme personne d'autre ne pourra jamais le faire.
Elle verra dans mes yeux que je la regarde en totalité et même au-delà d'elle-même.

756

Elle sentira, par mes doigts, l'infini la caresser.

755

Le jaloux est un petit être peureux.
Et je n'ai pas peur.

754

L'avenir a encore beaucoup à me dire mais il m'a affirmé qu'il ne parlerai qu'en présence du présent.

753

L'Homme le plus rapide du monde est un astronaute.

752

La vie n'est jamais derrière soi, elle n'est d'ailleurs jamais devant soi non plus, elle est en soi !

751

La qualité du repas offert par la vie est une chose mais celle des convives est tout aussi essentielle. Je préfère manger seul que mal entouré.

27/11/2011

750

Je suis un aimant qui aime autant les autres aimants que les non-aimants.
Je suis un aimant qui aime autant l'indifférence que l'attraction/répulsion.
Je suis un aimant qui aime les deux pôles de l'autre aimant : l'attirant et le repoussant.

749

Je ne cherche pas votre bien, c'est simplement que le mal que vous vous faites, vous le faites à moi, et ça, égoïstement, je ne le tolère pas.

748

Les neurones sont les fils qui relient passé, présent, avenir.

747

Vivre, c'est tisser sa toile.

746

On dit « tremblement de terre » alors qu'il ne s'agit, pour la Terre, que d'un léger frissonnement.

745

Tout cet anthropomorphisme appliqué à la Terre est ridicule. La Terre ne souffre pas, ne tremble pas, ne meurt pas, et ne mourra jamais. La Terre ne nous parle pas, elle se fout de nos gueules.

744

La Beauté est, par définition, ce qui fait peur à la laideur.

743

Toutes nos façons d'être sont toutes aussi anormales les unes que les autres.

742

La normalité n'existe pas.

741

Une vie est un clignement de paupière dans sa durée et dans sa forme :
À l'instant où on ne voit plus que du noir, on en est qu'à la moitié.
Une vie finit toujours dans la pleine lumière.

26/11/2011

740

Les gens qui claquent les portes ne savent pas le mal qu'ils leur font.

739

Les caresses des doigts des mains du corps sont l'extension des caresses des mots de l'âme.

738

Les caresses physiques n'auront jamais que la puissance et la magie des caresses des mots des âmes qui les sous-tendent.

737

Je parcourrai son corps comme un explorateur la Terre, toujours avec cœur, toujours à découvrir.
Tour à tour alpiniste, navigateur, spéléologue, pirate, pilote, plongeur, aventurier, baroudeur, cycliste tourdumondiste, anthropologue, missionnaire.

736

Nous sommes tous des diamants bruts, la vie nous taille.

735

Ne me croyez pas quand je dis « Ne me croyez pas. »
Croyez-moi quand je dis « Ne me croyez pas. »
Ne me croyez pas quand je dis « Croyez-moi. »
Croyez-moi quand je dis « Croyez-moi. »

Où est donc la vérité dans tout ça ? En vous !

734

C'est en cessant de croire, qu'on croît !

733

Pourquoi dire une demi-douzaine, quand on peut dire un double-trio ?

732

Agir sur Soi est impossible.
C'est Soi qui agit.

731

L'Homme, c'est de la vie habitée.

25/11/2011

730

Les plus puissantes, les plus intimes, les plus magiques sont les caresses qu'on écrit.
Car l'autre les a toujours, où qu'il soit et quand il veut, à disposition comme par magie.

729

Je lui écrirai à l'encre indélébile des mots dans les yeux qu'elle lira quand elle veut, des lettres tracées délicatement sur la surface interne de sa peau que personne d'autre ne pourra lui écrire et qu'elle seule pourra ressentir.

728

« Respirer par le ventre » !?
Et par les oreilles, c'est pour quand ?

727

Le souvenir d'une caresse l'emportera toujours sur celui d'un coup.
Une gentillesse sur une méchanceté, la vie sur la mort, le bien sur le mal !

726

Le fond de l'être finit toujours par faire surface.

725

La langue des signes possède son écriture, on l'appelle : la poésie.

724

On est ce qu'on ne peut s'empêcher d'être.
On fait ce qu'on ne peut s'empêcher de faire.
On pense ce qu'on ne peut s'empêcher de penser.

Mais ceci ne nous dira jamais rien sur notre avenir.
Le plus beau peut survenir, le bien, s'épanouir.
Et ça ne se nomme pas « l'espoir », c'est un fait.

723

Aucun destin n'est écrit à l'avance, on l'écrit en avançant.

722

Les chasseurs actuels activent certainement les mêmes circuits cérébraux de la récompense et du plaisir que nos ancêtres préhistoriques pour qui ramener de la viande équivalait à survivre.

Alors qu'il y a bien plus pertinent à faire aujourd'hui, les chasseurs actuels ont le cerveau bloqué dans le passé, et n'éprouvant pas assez de plaisir quand ils ramènent de la viande bien emballée du supermarché, et qu'ils entendent un « Robert, t'as oublié la lessive ! », ils répondent un anachronique « Ginette, j'vais à la chasse ! »

721

Le silence ne s'installe qu'après avoir digéré les bruits, tous les bruits.

24/11/2011

720

La mauvaise humeur est une chose bien étrange. Je l'expérimente à l'instant même. Ne pas vouloir s'en débarrasser, plutôt lui laisser toute la place et voir ce qu'elle a dans le ventre. Comprendre ce qu'elle est, la disséquer, la dénuder, l'exhiber au grand jour.

719

Avoir du mépris pour ceux qui méprisent les autres.
Poser un regard condescendant sur celui qui affiche de la condescendance.
Se sentir au-dessus du lot de ceux qui se sentent au-dessus du lot.
Voilà autant de façons de se mettre soi-même dans le même sac que ceux dont on dénonce les postures.

718

À ma mort, pas la peine de faire une tête d'enterrement. La mort a une réputation très surfaite. Elle n'est qu'un bref moment à passer. La mort, c'est plus ce que c'était !

717

Il était tellement peureux que, les yeux ouverts, il les fermait apeuré de ce qu'il voyait, et, les yeux fermés, il les ouvrait aussitôt tant il avait peur du noir.

716

Ne rien faire ne s'apprend pas.

715

Quand le « J'ai la migraine ! » est un mensonge, il lui faudrait préférer la vérité, à savoir : « Mon corps ne t'appartient pas ! »

714

Le cyclope ne fumait pourtant pas.
Le cyprès était encore loin.
Les cyclones ne se ressemblent pas.
La Sicile en est entourée de bien plus.
Le sitar et la cithare se sont tus trop tôt !
Avez-vous vu les simagrées de ce canard ?!
La sirène avait plutôt des airs de princesse.
Les silences fendirent l'air.
À vous ?

713

Ici, les mots et vos yeux sont libres.
Pour du prêt-à-penser, voyez plutôt du côté des croyances.

712

Un raciste qui doit sa vie à une greffe du coeur, ose-t-il imaginer la couleur du donneur ?
Et cet autre, sauvé par la transfusion d'un sang issu d'un individu qu'il prétend être d'une autre race que lui, ose-t-il encore penser que l'humanité n'est pas Une ?

711

On ne perd jamais son temps à réfléchir !

23/11/2011

710

Je n'écris des mots que pour les partager, je n'attends rien d'eux.
Je n'attends rien de vous, si ce n'est le partage des vôtres.

709

Par toutes ces phrases, je vous fais visiter mon intérieur qui n'est pas plus important que le vôtre.
J'aime tout autant me promener dans le vôtre, mais seulement si je me sens invité à le faire, car je n'entrerai jamais nulle part par effraction.

708

On a jamais rien inventé de mieux que les mots pour partager ce qu'on vit en soi.
Mots qui ne sont pas plus virtuels sur un écran que dans un livre !

707

Celui qui a eu le dernier mot a dit une bêtise de plus que celui qui ne l'a pas eu.

706

Quand le seul but est d' « avoir le dernier mot », il n'y a ni partage ni discussion, seulement une bataille d'ego ridicule.

705

Certains sont certains, les autres sont douteux.

704

Si l'aide est belle et Amour,
Alors je veux aider.

703

« Être », ça se fait où qu'on soit.

702

On communique « soi », quel que soit le média.

701

Prenez un Homme méchant, ôtez-lui toutes ses pensées idiotes et stupides, vous aurez fait de lui un Homme bon.

22/11/2011

700

Où qu'on soit, rien n'est jamais très loin.

699

« Personne n'est irremplaçable. »

Cette phrase n'est vraie que dans le monde du travail, ce petit monde.

En vérité, chaque corps est irremplaçable.

698

Vous êtes-vous déjà demandé comment vous feriez, si vous étiez quelqu'un d'autre, pour savoir que vous êtes ce quelqu'un d'autre ?

La réponse est que c'est impossible : votre corps vous crée. Vous êtes votre corps et votre corps, c'est vous.

697

L'ego : jeu dont on est maître d'aucune brique.

696

J'ai voulu lui offrir des baisers,
Mais ils furent emportés par la bise.

695

Comme on caresse un arbre,
Je lui ai enlacé le tronc.

694

Le seul lien qui ne casse ni n'entrave est l'Amour.
L'Amour est élastique.

« Loin des yeux, loin du coeur » n'est vrai que pour ceux qui ne furent jamais proches du cœur de l'autre, du cœur du cœur.

693

Pour redresser les 'i' de ceux qui ont une écriture penchée, je conçois qu'elle puisse suffire, pour redresser la tour de Pise, j'ai déjà plus de doutes, mais pour ce qui est de redresser un pays !? Soyons sérieux : pour ça, impuissante, la pilule bleue.

692

Juger, c'est toujours rapetisser ce qu'on juge.

691

Les réponses essentielles viennent avant les questions.

21/11/2011

690

Avez-vous déjà senti un soleil se lever à l'intérieur de vous ?
En moi, la nuit est passée et l'aube s'annonce.

689

Je suis imperturbable, inattaquable, à jamais intact, puisque je ne suis rien.

688

Arrivé au stade où, après avoir arrêté une chose à la fois, on a fini par tout arrêter,
Vient le moment charnière où l'on arrête d'arrêter.
Dès cet instant-là, tout commence.
À chaque instant à partir de celui-là, tout, sans cesse, commence et jamais ne recommence.

687

Ces mots sont dits aériens, car emportés par le vent, ils ne sont retenus à rien.
Tout comme l'air, ils n'en sont pas moins parfois à un millimètre du sol, ne craignant aucun environnement, aucun mal, aucune odeur.
Aériens mais pas divins, ils sont issus de moi, ils sont humains.
Bien qu'étant de l'air, ces mots ne sont pas dépourvus de puissance, de celle permettant de philosopher à coup de marteau pneumatique !

686

À chaque instant, il existe un arc-en-ciel quelque part sur Terre.
Alors que vous lisez ces mots, même si vous ne le voyez pas, il s'en est formé un quelque part à la surface du globe. Il existe autant pour ceux qui le voient que pour ceux qui y pensent, comme nous à cet instant.

685

Au troisième top, il sera exactement 'maintenant'.
Top Top Top.

684

Les racistes ne sont que des penseurs idiots et stupides.

683

N'en déplaise à Schopenhauer, l'art d'avoir toujours raison n'est pas issu d'une quelconque méthode dialectique.
Pour cultiver l'art d'avoir toujours raison, il suffit de voir, de dire, d'écrire, sans cesse, la vérité.
L'art d'avoir toujours raison réside dans la vérité.
Et la vérité, c'est qu'on aura toujours raison que pour soi et seulement dans l'instant présent.

682

Le cerveau est la seule vraie machine à remonter le temps.

681

Hanté par ce ridicule souci de la performance, l'amant peine l'âme en peine.

20/11/2011

680

Je ne me permets d'être en désaccord qu'avec des gens de qualité.

679

Chacune de ces phrases est née d'une plongée dans l'océan du monde.
C'est un coquillage, une perle, un rien ramené à la surface de vos yeux.

678

Vos yeux sont la plus belle chose qui soit arrivée à mes mots.

677

Nous sommes tous des arbres :

On ne choisit pas où on pousse.
Petit ou grand selon l'essence
Et la lumière offerte par la chance.
On se déploie soumis aux vents
Des agressions de l'environnement.
Fixés en nos racines terrestres,
Nous sommes tous sylvestres.

676

Les vrais « Je t'Aime » sont inoffensifs, tranquilles et doux.
Ils ne sont pas contaminés par un « Et toi? » visible ou pas.
Le vrai « Je t'Aime » n'est ni lourd ni conditionnel ni blême.
« Je t'aime seulement si tu m'aimes » n'est pas un « Je t'Aime ».

675

Le jour où je poserai à nouveau mes lèvres sur des lèvres, c'est l'au-delà de l'âme d'elle que j'embrasserai.

674

J'aime quand la mort me raconte sa vie.

673

À chaque fois que je l'écoute, j'ai l'impression qu'il veut me dire quelque chose, le silence.

672

Dans « Toi, tu... » il y a toujours un « Moi, je... » qui précède, même non dit.
C'est toujours : « MOI, JE pense que toi, tu... »

671

C'est dans la volonté d'être libre que se trouve l'emprisonnement.

19/11/2011

670

La vérité a sa pudeur : le mensonge.

669

La vie, c'est pas le chemin, c'est le paysage.

668

Internet n'est qu'un lieu.
Ce qui s'y passe ne dépend que de l'Homme.
Ceux qui y passent ne sont que des Hommes.

667

La plupart d'entre nous ont une relation très personnelle, voire intime, avec le soleil.

666

Le diable a peur de moi.

665

- Tu te prends pour Dieu ?!?
- Dieu ? Ce serait me sous-estimer !

664

Toutes les images remémorées ont la même taille dans nos cerveaux.
La taille de l'écran que nos yeux fixaient n'est, par exemple, pas prise en compte dans le souvenir.

663

Parfois, les pattes d'oie sont mouillées.

662

Traiter l'autre d'égoïste est un acte égoïste.

661

Comportement spécifique étonnant :
Les vainqueurs ont besoin de montrer qu'ils ont des bras.

18/11/2011

660

Les limites du présent sont celles qu'on lui voit.

659

Entendez-vous, comme moi, la musique des jours ?

658

Il faut avoir eu peur de tout avant de ne plus avoir peur de rien.

657

L'argent est la conséquence de la cupidité des Hommes et non sa cause.
Si tous les Hommes avaient été, de tout temps, bons, généreux et honnêtes, l'argent n'aurait pas existé.

656

« Je lui ai demandé de me payer tout de suite, j'ai eu trop peur qu'il m'arnaque ! »
Anticiper l'éventuelle cupidité de l' « autre », c'est le devenir soi-même.

655

Le Dr Gunther von Hagens fut un des seuls à avoir choisi l'option « charcuterie » lors de ses études de médecine.

654

Ceux qui ne supportent pas le silence, ne se supportent pas eux-mêmes.
Ceux-là ont alors besoin du bruit des autres.

653

L'Homme véritablement détaché, l'est également de son bonheur.

652

Atmosphère : chambre à air.

651

À force d'entendre dire « Il aurait mieux fait de se casser une jambe » à chaque fois qu'il était fait écho de ses mésaventures personnelles diverses et variées, le jour où il se cassa véritablement la jambe, il s'interrogea longuement sur la nature de l'horrible malheur auquel il avait, pour une fois, réussi à échapper.

17/11/2011

650

Les jours ne se suivent pas, ils se superposent.

649

La solitude n'existe pas, car même quand on est seul, on est avec soi.

648

Certains sont guidés, obnubilés, poussés, téléguidés par la sexualité, pauvres âmes.
La sexualité est chose dérisoire.
Je vois trop comment cet instinct sexuel hérité, inscrit dans nos cerveaux, vieux de millions d'années, dont le seul véritable but est la pérennité de l'espèce, nous contrôle, nous illusionne, se joue de nous, pour en être le vulgaire pantin docile et aveugle !

647

Si l'Homme avait inventé l'écran avant le papier, certains se poseraient la question, tremblants, « Est-ce la mort de l'écran? », devant cette nouvelle invention nommée « le livre papier » !

646

Demain, les descendants de ceux qui redoutent la fin du livre, redouteront la fin de l'écran, constatant la diffusion rapide et massive d'une nouvelle invention dont, pour l'heure, personne n'a même l'idée.
Pourquoi avoir peur ? Les mots sont des mots, quel que soit le support.

645

Mon voyage fut vertical : d'abord propulsé dans les étoiles, puis plongé dans l'enfer au cœur de moi-même ; extases, puis néant. Entre ces deux extrêmes, il y a aujourd'hui. Tous ces mots ne sont que des témoins de ce que j'ai vu et de ce que je vois.

644

Personne d'autre que vous/toi (selon que l'on se vouvoie ou pas) ne peut être vous/toi.

643

J'ai du respect pour les chiens sans maître.

642

La prise de conscience qu'il n'y aura jamais rien à gagner s'accompagne de celle qu'il n'y aura jamais rien à perdre !

641

Tous les chemins mènent à la mort, et il est bon qu'il en soit ainsi.

16/11/2011

640

Ceux qui désirent se libérer du désir ne savent ni lire, ni penser.
Pas besoin d'aller passer vingt ans en Inde dans un ashram auprès d'un gourou : se libérer du désir ne se désire pas ! On ne peut pas désirer ne plus désirer !!

639

L'homme de Florès n'a pas fait florès.

638

On ne crée pas ses pensées.

637

Les mots sont souvent un maquillage qui travestit la réalité.

636

On a jamais su si c'était un nain atteint de gigantisme ou un géant atteint de nanisme, le fait est qu'il mesurait 1m75.

635

L'équilibre dans le cerveau survient quand la raison se passionne et que la passion raisonne.

634

Le vide en soi permet au raisonnement de résonner.

633

Celui qui veut aller partout, n'ira jamais nulle part.

632

Les rêves de nos sommeils sont un tout totalement difforme, incohérent et sans signification aucune, dont pourtant chaque partie est logique et bien formée.

631

Notre dernier souffle sera éternel.

15/11/2011

630

Il m'a demandé ma lettre de motivation.
Je lui ai tendu une feuille blanche.

629

L'hypocrisie est une forme de lâcheté !

628

Si le cadran solaire avait été inventé dans l'hémisphère sud, les aiguilles de nos montres tourneraient dans l'autre sens.

627

Elle a piqué ma curiosité.
Depuis lors je n'ai plus rien,
C'était la seule chose qui me restait.
Est-ce un mal, est-ce un bien ?

626

On a toujours peur « avant », c'est d'ailleurs la définition même de la peur : crainte de ce qui vient, de ce qu'on anticipe.

625

Je remercie l'informatique qui efface les traces des pattes de mouche de mon écriture.

624

Pour Aimer les autres, il faut d'abord Aimer être Soi.

623

Impératif stupide 6 :

« Mangez cinq fruits et légumes par jour ! »

Et au niveau des conneries à avaler par jour, c'est combien ?

622

Au pays des fruits et légumes :

La fraise ramène la sienne, la pomme aussi.
La poire s'en prend une, la pêche aussi.
Les salades en racontent !
La courge l'est.
Le melon l'a ; la banane l'a ; la patate l'a !
Le radis n'en a pas un.
Heureusement, les champignons n'en ont pas au pied.

621

Certains disent le contraire de ce qu'ils pensent.
Quand d'autres pensent le contraire de ce qu'ils disent.

Encore mieux :

Certains ne pensent pas ce qu'ils disent.
Quand d'autres ne pensent même pas ce qu'ils pensent !

14/11/2011

620

Il fixait son cadran solaire, la nuit, sans comprendre.
Au coin du feu, le temps s'était arrêté.

619

S'enlacer, sans s'en lasser.

618

J'apprends à taire l'inutile.

617

Y a-t-il quelque chose de plus inutile que de souhaiter quelque chose à quelqu'un ?
Oui ! Lui souhaiter la même chose la semaine, le mois ou l'année d'après !

616

- Je te souhaite un bon dimanche !
- Je te souhaite un encore meilleur dimanche !
- Oui mais moi, je te souhaite également un très bon lundi !
- Ah !? Sauf que moi, je te souhaite une magnifique semaine !!
- Alors là !? Si tu le prends comme ça, je te souhaite une bonne année !
- Je t'en souhaite une encore meilleure que la meilleure possible !
- Si c'est comme ça, je te souhaite une merveilleuse vie !
- Et bien moi je te souhaite, en plus, une très très très belle mort !
- QUOI !?

615

Ça n'est pas ce qu'on se souhaite les uns les autres qui conditionne nos vies !
Ne me souhaitez rien, écrivez-moi plutôt des poésies.

614

Je lui ai tendu mes mains, mais elle ne voyait aucun objet.
Elle m'a pourtant dit : « merci, c'est le geste qui compte. »
Je lui ai dit : « mon cadeau, c'est mes mains. »

613

Je ne posséderai jamais aucun animal, aucune plante, aucun carré de gazon.
La vie ne se possède pas.

612

Les souffrances dont on est pas informés sont pourtant bien plus nombreuses et pas moins douloureuses que celles qui nous touchent.

611

Un iceberg, c'est de l'eau blanche dans de l'eau bleue.

13/11/2011

610

Lire en diagonale, c'est lire de travers.

609

Pour lire entre les lignes, il suffit de lire attentivement les lignes.

608

On digère ses émotions comme ses aliments : sans en donner l'ordre.

607

La Beauté, c'est ce qui rend la vie Belle.

606

Tout enfant handicapé est un condamné à tort.

605

La peur meurt quand on parvient à lui sourire.

604

On ne comprendra jamais totalement celui qui a moins peur que soi.

603

Je ne sais si Jésus a vécu de sa passion.
En tout cas, il en est mort.

602

Les yeux de Martin Luther King, lors de son dernier discours, me regardent.

601

Nos battements de cœur sont le véritable rythme du temps qui passe.

12/11/2011

600

On s'éclaire, quand on prend conscience, qu'on est Un.

599

Les injures sont des mots sans poids.
Sauf quand celui qui les reçoit leur en accorde.

598

Je n'adhère à aucun « ...isme ».

597

Faire de quelqu'un son ennemi, c'est lui faire bien trop d'honneur.

596

J'ai, à l'instant, attrapé, de ma main droite, un moustique en plein vol.
Écrasé, j'ai vu ce sang, qu'il m'avait volé, en lui ! Le flagrant délit !

595

Pour beaucoup, l'horizon se limite à la bulle d'ego qui les entoure.
Ils croient voir loin, alors qu'ils ne voient qu'eux.
Toutes les images extérieures à la bulle sont déformées par elle.

594

Quand deux bulles d'ego se rencontrent, ça fait du bruit.
C'est même à ça qu'on reconnaît une telle rencontre : le bruit.

593

Au départ, pas de maux.
Puis les mots créent les maux.
Et ces maux créent d'autres mots.
La boucle est formée dont on ne sort pas.
On peut juste comprendre qu'elle n'est pas Soi.

592

Aimer quelqu'un :

C'est demander, jamais exiger.
C'est proposer, jamais imposer.
C'est accepter toutes ses décisions.
Même si elles nous éloignent de lui.
C'est l'Aimer tel qu'il Est.
C'est ne restreindre aucun de ses degrés de liberté.

L'Amour = deux libertés qui s'étreignent librement !

591

Je suis devenu quasi insensible aux compliments.
Car je n'aurai jamais aucun mérite quoi que je fasse.
Je sais que les choses se font en dépit de moi.
J'ajoute que tout ceci ne me pose aucun problème.

11/11/2011

590

Amour : deux cerveaux aux inclinations correspondantes irrémédiablement et progressivement attirés l'un par l'autre. Tête contre tête, ils ne renoncent pas à se rapprocher davantage en tentant de trouver un passage par la bouche.

589

On ne peut être en désaccord qu'avec des gens sûrs d'eux !

588

Le libre arbitre est une illusion créée par l'Homme pour se distinguer des autres animaux.

587

Comme on dit « C'est un mauvais moment à passer ! », il faudrait dire « C'est un bon moment à passer ! », sur le même ton.

586

J'observe les mots naître, mourir, renaître, jouer en moi.

585

Les tableaux que la vie peint en nous ne seront jamais des images figées.

584

Le cerveau humain fonctionne par vagues.
Il amène les envies, les images, les souvenirs, les désirs,
Comme la mer amène les vagues, sur le sable de nos êtres,
Inlassablement, nous inondant puis se retirant.
Parfois tempête, parfois doux effleurement,
Parfois tsunami, parfois glace et alors même le sable est froid.
En ce moment pour moi, la mer est calme,
Les vagues sereines qui caressent mon sable doux.

583

Les lieux de culte me sont étrangers.

582

Rien de ce qui est humain ne m'est incompréhensible.

581

Être humain : machine que l'alcool fait danser quand, avec d'autres, elle s'entasse dans un objet nommé « boîte » !

10/11/2011

580

On sort de l'ombre sans le décider :
C'est la lumière qui se déplace.

579

J'écris sur des bouts de feuilles que je jette après usage aussi impitoyablement que des mouchoirs en papier sales.

578

Le sang, c'est l'invisible liant qui nous unit tous.

577

Entre « sept milliards » et « cent milliards », il n'y a pas une lettre de plus.
« Cent milliards » ne fait pas plus de bruit que « sept milliards » quand il y a le silence à l'intérieur de soi.

576

Un lâche qui l'avoue l'est déjà moins.

575

Celui qui aime les animaux, aime les Hommes.

574

Impératif stupide 5 : « Soyez heureux ! »

Cette injonction au bonheur est cause de malheur.

573

Il faut supprimer les « Il faut... » !

Je retire donc cette dernière phrase !

572

Les mots éclaircissent sans cesse la clarté.

571

Je ne m'entends bien qu'avec ceux qui ne font pas que s'écouter eux.

09/11/2011

570

Brûler les mots, tous les mots.
Puis respirer l'odeur de la cendre.
Et voir renaître les définitions de cette émanation.

569

Vous ne serez jamais rien d'autre que ce que vous êtes.

568

Impératif stupide 4 : « Carpe diem ».

Comme s'il existait autre chose à cueillir que le jour, que l'instant présent !

567

Il n'y aura jamais rien d'autre que l'instant présent.
Le passé et le futur sont de l'instant présent.

566

Rejetez chacune de ces phrases.
Ne croyez pas un mot de ce que je dis.
Mettez chacun de ces mots à l'épreuve de votre propre cerveau.
Prenez-moi pour un imposteur, un menteur, un affabulateur.
C'est la seule image que je souhaite avoir à vos yeux.

565

Crachez-moi dessus, ça me désaltérera !

564

L'autre n'a pas moins de valeur que moi.

563

Je ne suis rien de plus que vous, vous n'êtes rien de plus que moi.

562

« Mourir lentement » est très beau car c'est le contraire de « vivre vite ».

561

La neige, c'est du froid blanc et inversement !

08/11/2011

560

Je laisse Freud avec ses névroses.
Je laisse Jung avec ses archétypes.
Le sage avec sa sagesse.
Le con avec sa connerie.
Je laisse l'autre avec lui-même, quel que soit son nom (Jésus, Bouddha, Nietzsche, Freud, Gérard, Marcel, Jean-luc, Jeanine, Muhammad, Tolstoï, Gandhi,...)
Personne ne me polluera le cerveau avec les pensées issues du sien.
Personne n'insinuera le poison de ses idées, fruit de son propre esprit, dans le mien.

559

La vérité est un point, pas un chemin.
Elle est un panorama, pas une voie.
Elle se contemple et ne se parcourt pas !

558

On ne rencontre que les mots qu'on est prêts à rencontrer.

557

Les mots d'un autre n'aideront jamais personne sinon à mettre en mots ce qu'on a déjà en soi.

556

Les absents ont leurs raisons.

555

Ne pas avoir peur de la mort ?
( Je n'en ai plus peur depuis longtemps)
Ne pas avoir peur de la vie !
( Voilà qui met pour moi plus de temps !)

554

Constater l'envie en vie.

553

« Moi, j'ai plus du tout la télé. C'est plus facile de ne pas en avoir du tout, que de contrôler son usage. »

Quel aveu de faiblesse ! Qu'on me dise ça en face et je rirai à la face de celui qui se prétend ainsi libre !

552

L'ennui, c'est quand on a l'illusion de croire qu'il y a mieux à faire que ce qu'on fait, même quand on ne fait rien.

551

L'instant présent est toujours intact.

07/11/2011

550

Les mots ne voleront jamais plus haut que la pensée.

549

Vivre ne sert à rien, mais mourir encore moins !

548

J'écris blanc sur noir de vraies phrases.

547

Les règles subies indisposent.

546

Triple janotisme :

Pour leur premier rendez-vous, le jeune homme avait apporté une rose à sa cougar qui était pleine d'épines. Ce jeune damoiseau, le cœur battant, les mains tremblantes fit également cadeau d'une très vieille montre à sa nouvelle amoureuse qu'il promettait de faire entièrement restaurer. Revigoré par le sourire qu'elle lui rendit, il poussa la porte du restaurant en prenant la main de sa belle qui grinça en pivotant.

545

Il y a des larmes plus lentes que d'autres.

544

D'une scie sans dents, on peut dire qu'elle est inoffensive ; mais est-elle encore une scie ?

543

Carlo Michelstaedter : sa grande erreur fut de se suicider.
La Vérité ne se tire pas une balle dans la tête.

542

« Loi de Godwin » version 2.0 :

Il existe toujours l'ami d'un ami d'un ami d'un ami d'un ami d'un ami...(liste plus ou moins longue selon les individus) pour trouver au zozo à moustache nazi quelque sympathie.

541

Prendre une femme pour cible, c'est penser avoir ou être une arme.
Or l'Amour n'est pas un combat.

06/11/2011

540

En relisant ces 540 phrases j'apprends à me connaître.

539

Il n'existe qu'un seul Art : Exprimer !

538

Montaigne : premier blogueur.

537

Parfois, en regardant ces quatre chiffres lumineux qui m'indiquent l'heure, je lis un nombre ; mais la rectification intervient ensuite rapidement :

« Non ! Il n'est pas mille ! Il est dix heures ! »

536

Il existe autant de types d'egos que de nombrils sur Terre.

535

Quand un Homme privé de repères se regarde le nombril, il se demande : « À quoi suis-je encore relié ? »

534

Quand un être humain prend véritablement conscience de la mort, une seule pensée l'envahit : « Foncer vers la lenteur ! »

533

Pourquoi le nombre 35 me parle-t-il tant ?

532

Si l'Homme ne crée pas le sens de sa vie, il tombe, très peu de temps, en rond.

531

Le train expliqué à un homme de Cro-Magnon : très gros serpent qui nous avale puis nous recrache plus loin.

05/11/2011

530

L'ombre est la preuve de la lumière.

529

Un être humain ne sera jamais seul, même totalement isolé.

528

À l'intérieur, on n'aura jamais d'âge.

527

Chaque heure de plus est une heure de moins.

526

Le temps ne se perd jamais quand on le prend.

525

Avoir quelqu'un dans la peau n'est pas assez profond.

524

La vie n'a pas de mode d'emploi car avant soi, personne n'a vécu notre vie.
En vivant, on crée un mode d'emploi unique qui ne servira jamais qu'à soi.

523

Il n'existe ni victoire ni défaite, elles ne sont qu'illusions.

522

Avouer une erreur n'en sera jamais une.

521

En détachant nos lèvres de là où on les a posées,
On reprend à chaque fois notre baiser.

04/11/2011

520

Le pire est celui qui se prend pour le meilleur.

519

Quand « ça coince », il y a de grandes chances que ce soit l'égo.

518

Jusqu'à mon dernier souffle, j'observerai mon corps gravir la vie.

517

Je dis à ce qui se trouve derrière les yeux qui lisent ces mots : vous êtes intact(e) !

516

Lire, c'est se lier.
Relire, c'est se relier.
S'écrire, c'est s'Aimer.

515

La beauté réside dans le regard porté sur la chose belle ainsi que dans les mots qui la décrivent.

514

Ne jamais tenir au « meilleur », ce serait empêcher la possibilité de l'  « encore mieux ».

513

Refuser le mot « apogée » car dans son 'e' final apparaît en filigrane le 'd' initial du mot « déclin ».

512

Le mot « nihiliste » est à lui seul une imposture, car il définit une posture.
Un mot, un seul mot, est déjà « quelque chose », fût-il le mot « rien ».

511

Variante de la 496 :

Elle est sortie de ses gonds en même temps que la porte.

03/11/2011

510

J'ai 274.824 heures.

509

Ne comptez pas sur moi pour inventer un mot en « ...isme » !

508

Ces phrases sont les pièces d'un puzzle sans bords.

507

L'amour, c'est, parfois, ce qui lie deux personnes qui n'ont rien à faire ensemble, si ce n'est, parfois, l'amour.

506

Comme pour toutes les villes, il y a autant de New York's qu'il y a de regards posés sur elle, en elle.

505

Renaître prend du temps, en ce qui me concerne cela fait déjà quelques années.

504

Mot doux du jour : « Smaragdin ».

503

Je ne suis pour rien dans ce qui est écrit ici.
Je ne suis que le transcripteur de ce que l' « inspiration » me dicte.
Vos éventuels « bravo » ou « merci » ne s'adressent pas à moi.
Et vos éventuelles critiques ne me concernent pas non plus !

502

Sans les mots l'Homme n'est rien.
Sans les mots, il n'y aurait pour l'Homme pas de vie mais seulement de la survie.

501

Au cours de maths, certains étudiants ont parfois les sinus à ce point malades de trop de cosinus qu'ils cherchent alors à prendre la tangente !

02/11/2011

500

Il n'y a que les cervelles vides qui ressentent le besoin de « se bourrer la gueule ».

499

Je suis dans la tête de mon corps mais pas à sa tête.

498

L'éveil est un cheminement intellectuel, un processus cérébral, involontaires.

497

À celle qui sera celle... :
À chacun de nos baisers,
Les pétales de nos lèvres
Accueilleront les perles d'une rosée
Bien plus fraîche que celle
Qui embrasse à l'aube
Les fleurs nouvelles.

496

C'est en ouvrant la porte, qu'elle est sortie de ses gonds !

495

Celui qui vous dit : « Je suis atteint de la maladie d'Alzheimer à un stade très avancé. »
Ne le croyez pas !

494


Il manque cet avant-propos à la Genèse :

« La veille du premier jour, l'Homme créa Dieu. »

493

L'humanité est une auto-création.
Elle se crée et se recrée sans cesse par les liens qui nous unissent.
La mort du dernier Homme effacera le dernier lien.

492

La souffrance ne s'additionne pas.
Elle est Une, aussi nombreux soient les corps atteints.

491

C'est le pas précédent qui nous pousse à faire le suivant, sans lesquels c'est la chute.

01/11/2011

490

Les mots qu'on laisse, sur papier ou sur écran, sur une rétine ou un tympan, sont des traces de pas laissées dans le sable.

489

Le bonheur n'est jamais vieux. Il est toujours naissant.
Les plus vieux bonheurs sont âgés de quelques instants.

488

Au cœur des lucides ténèbres au sein desquelles je fus plongé, je m'entendais dire « vivement la mort » froidement sans tristesse.

487

Aujourd'hui je sais qu'il n'y a rien à perdre à vivre même le pire.

486

Le seul but de la vie, c'est de vivre.
La vie a tué la mort.
Nous ne serons jamais rien d'autre que de la vie.

485

Le bonheur pourrit quand on s'y attache.

484

Rasez toutes les forêts, vous n'aurez pas détruit ce qu'est un arbre.

483

Il n'y a que le soleil que je n'ose regarder en face.

482

On ne rencontre que les gens qu'on est prêts à rencontrer.

481

À l'échelle de l'individu, tout est absurde.
À l'échelle de l'humanité, tout est très logique.